" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

jeudi 6 février 2020

Pascal Vrebos : " Confidences au petit-déjeuner "


 L’important, pour un journaliste-interviewer, c’est d’avoir un style. Eh bien, c’est le cas pour Pascal Vrebos. Cet ouvrage, publié par la Rtbf, remonte à 1987 à l’époque où l’homme en question travaillait au Boulevard Reyers. Dans une émission «  confidence au petit déjeuner », il titillait, dès potron-minet, des «  stars «  de l’époque : Eddy Merckx, Viktor Lazlo, Stéphane Steeman, Luc Varenne, des politiciens du cru,  et même Sophie Marceau. Il faut se méfier de cet homme au micro (Pascal Vrebos), sous son aspect poupon, il n’a l’air de rien mais méfiez-vous : ses questions, qui semblent anodines,  pleine de gentillesse, d’empathie, sont des vraies grenades dégoupillées emballées qu’elles sont dans un ballotin de pralines et , soudain, elles vous éclatent en pleine figure. Un peu du genre Philippe Bouvard (d’ailleurs ils ont un peu le même look).

Un régal !

Extraits :

* Interview de Léo Moulin
- Etant un fils laïc et non croyant de saint Benoit, je suis comme lui, d’extrême centre. Saint Benoit dit : l’homme est un pauvre type, il est fainéant, bêtasse, disgracieux, maladroit … Saint Benoit n’attend pas grand-chose des hommes. Voir les hommes tels qu’ils sont, sans illusions et les aimer quand même, voilà le centre-gauche.
- Je n’ai pas le sens religieux, mais le problème de l’homme religieux m’intéresse, me passionne … et d’ailleurs, je défie quelque historien que ce soit d’expliquer le destin de l’Europe sans la présence des cisterciens, par exemple.

- Voltaire disait : « Quand je vois une horloge, je sais qu’il y a un horloger ».

* Interview de Mélina Mercouri :
- Une femme doit toujours prouver deux fois.
-  Je dis au ministre de la défense : «  Donne-moi un seul de tes avions et tu verras tout ce que je pourrai faire pour la culture en Grèce ! »

* Interview de Lise Thiry

-  J’ai vraiment une grande peur qu’une espèce de puritanisme ne s’abatte sur les jeunes. A force de leur donner des conseils de prudence, on risque de créer une génération légèrement frigide.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire