" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

dimanche 2 février 2020

Les crêpes de la Chandeleur - en wallon par José-Louis Thomsin




Boukète ou crêpe ?

Le débat réapparaît chaque année à cette époque alors quelques précisions...

Le mot "boukète" désigne la farine de sarrasin - li neûr farène - mais également la crêpe faite avec cet ingrédient.
Mins po l'walon, çou qu'lès françès loumèt "crêpe" c'è-st-ine boukète ou 'ne vôte minme si l'boûkète èst fète avou 'n'-ôte farène qu'li neûre farène.
(Mais pour le wallon, ce que les français appellent "crêpe" c'est une bouquette ou une vôte/vaute, même si la bouquette est faite avec une autre farine que la farine de sarrasin).
L'boûkète c'èst todi avou dè souke, mins l'vôte pout s'fé avou dès rapèyes di crompîres po fé dès vôtes ås crompîres ou avou dès rècènes.
(La bouquette c'est toujours avec du sucre, mais la vautes peut se faire avec des rapûres de pommes de terre pour faire des vautes aux pommes de terre ou avec des carottes).
Po fé dès vôtes, i fåt-st-ine påsse on pô pus spèce èt lès vôtes sont todi pus spèces qui lès boukètes.
(Pour faire des vautes il faut une pâte un peu plus épaisse et les vautes sont toujours plus épaisses que les bouquettes).
C'est donc une espèce de crêpe faite de farine,de lait et - quand il y en avait - d'oeufs
Målureûs'mint l'mot vôte a-stu sovint èployî po dîre dès boukètes par dès grands vantrins sins cowètes qui pinsît qui c'èsteut mîs di djåzer come lès françès, come avou "li p'tit did'juner" po dîre "li ût- eûres".
(Malheureusement le mot vôte/vaute a souvent été employé pour désigner des bouquettes par des "grands tabliers sans cordon" qui pensaient que c'était mieux de parler comme les français, comme avec "le petit déjeuner" pour dire le "huit heures".

Mins qui fåt-i po fé dès boukètes ?
(Mais que faut-il pour faire des bouquettes)

- 1 kg dèl neûre farène di sarazin, (1 kg de farine de sarrasin (blé noir),
- 1 l. ½ d’èwe, (1 1/2l. d’eau)
- dès oûs qwand enn'aveût (des oeufs quand il y en avait)
- 30 gr di lèveûre di bol'djî , (30 gr de levure de boulanger=fraîche)
- On pô d'sé, (un peu de sel), on pô d’némoscåde (un peu de noix de muscade),
- di l'ôle ou, èco mî, dè sayin (de l’huile ou encore mieux, du saindoux),
- dès corîntènes ( des raisins secs)
- dè blanc souke ou dè souke di pot (cassonâde) (du sucre blanc ou du "sucre du pot" = de la cassonade),
èt po bin fé, ine pêle, (et pour bien faire, une poêle).
L'ovrèdje (La préparation)
- Mète li léveûre d'vins ine platène avoû â pô d’tchôde èwe , dè souke èt on pô d'némoscåde.
(Mettre la levure dans un plat avec de l’eau chaude, du sucre, un peu de noix de muscade).
- Dilèyi .(délayer)
- Mète li neûre farène d'vins ine grande marmite, fé 'ne fontin-ne å mitân èt mète tot douçemint l' lèveûre èt l’èwe : adon, on mahe li tot po-z-aveûr ine pâsse lèdjîre èt nin grumelêye.
(mettre la farine de sarrasin dans une grande marmite et faire une fontaine au milieu; mettre tout doucement la levure et l’eau: puis on mélange le tout pour avoir une pâte légère et sans grumeaux).
-On lèye lèver à l’tchåleûr.
(on laisse lever la pâte au chaud)
- I fåt asteûre ècråhî l' pêle avou l'sayin, èt on-z-î mète ine bone losse di pâsse èt on parsin-me avoû des corîntènes.
(Il faut maintenant graisser la poêle avec le saindoux, et on y met une bonne louche de pâte et on parsème de raisins de corinthe).
- On l'fèt cûre d'ôn costé, on fêt potchî l'boukète et on fêt cûre l'ôte costé.
(On fait cuire d'un côté, on fait sauter la bouquette et on fait cuire l'autre côté).
I n'a pus qu'a l'magnî avou on pô d'souke.
(Il n'a plus qu'a la manger avec un peu de sucre).

                                                           Une recette de José-Louis Thomsin

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Pourquoi fait-on des crêpes à la chandeleur ?
               
La chandeleur, ou fête des chandelles, est célébrée chaque année 40 jours après Noël, soit le 2 février. Dans la tradition chrétienne, elle est le jour de la présentation de Jésus au Temple.

Retour de la lumière
Comme beaucoup de fêtes religieuses, il s'agit d'une fête païenne plus ancienne récupérée par le pape Gélase 1er au Ve siècle, qui institua chaque 2 février une procession avec des chandelles. On raconte que ce pape faisait distribuer des crêpes aux pèlerins arrivant ce jour-là à Rome.
À l'origine, la chandeleur marque le moment où les jours commencent à s'allonger plus rapidement. On fêtait alors le retour à la lumière en marchant aux flambeaux, puis en disposant des chandelles dans sa maison, et enfin... en mangeant des crêpes !
Pourquoi des crêpes ?
Pourquoi des crêpes le jour de la chandeleur ? Tout d'abord, leur forme ronde et leur couleur symbolisent le disque solaire, et le retour de la lumière.
Ensuite, elles demandent peu d'ingrédients et sont réalisées avec l'excédent de farine de l'année précédente. On les tourne en espérant prospérité et abondance dans les prochaines récoltes.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire