" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

jeudi 30 janvier 2020

Visite nue de l'exposition de sculptures hyperréalistes au musée de la Boverie





Oui, j’y étais. Parce que j’adore ça, (moi qui fus si longtemps très pudique…) Plus de trois cents personnes étaient au rendez-vous ce mercredi 29 janvier au musée de la Boverie à Liège, dont à peu près 1/4 de femmes parmi lesquelles il y avait de vraies beautés (vous avez loupé quelque chose !). Des corps glabres ou rasés ou parfaitement épilés (c’est dans l’air du temps, tout à fait à la mode d’asteûre, èdon). Je faisais partie des quelques rares hommes plus ou moins poilus (« je suis né comme ça », comme dirait Sandra Kim). Je n’ai croisé aucune connaissance ni même aucun visage que j’aurais déjà vu ici ou là (les Liégeois seraient-ils plus pudiques qu’ils ne l’affirment ?...). De nombreux Bruxellois, Flamands, Hollandais, Français.
A pointer dans cette exposition le bébé au cordon ombilical, quelques femmes bien « offertes », etc.
Rappelons les cinq principes essentiels de la pratique naturiste : le respect de soi-même, le respect des autres, le respect de l’environnement, la nudité et la convivialité. Une expérience que je n’oublierai pas.






                                   In " La Meuse " vendredi 31 janvier 2020




mercredi 29 janvier 2020

" BONJOUR FACTEUR ! " Un film de Georges YU (RTBF, 1978)



Merci à Robert Ruwet d'avoir pointé et tamponné ce document assez exceptionnel !

mardi 28 janvier 2020

Gustave Flaubert : " Le dictionnaire des idées reçues "




Ce dictionnaire est une œuvre non-terminée de Gustave Flaubert. On saluera son humour, parfois un peu passé quand même ; mais on y trouve des merveilles :

- Agriculture : une des mamelles de l’Etat (l’Etat est du genre masculin, mais ça ne fait rien).
- Artistes : tous farceurs. Gagnent des sommes folles, mais le jettent par les fenêtres. Ce qu’ils font ne peut s’appeler « travailler ». La femme artiste ne peut être qu’une catin.
- Arts : Ca mène à l’hôpital. Sont bien inutiles – puisqu’on les remplace par des mécaniques qui fabriquent mieux et plus promptement-.
- Belge : il faut appeler les Belges des Français contrefaits – ça fait toujours rire.
- Bossus : généralement spirituels et recherchés par les femmes lascives.
- Cocu : toute femme doit faire son mari cocu.
- Ecrevisse : les écrevisses marchent à reculons. Toujours appeler les réactionnaires des « écrevisses ».
- Femelle : à n’employer qu’en parlant des animaux. Contrairement à ce qui existe dans l’espèce humaine, les femmes des animaux sont moins belles que les mâles. Citer des exemples : faisan, coq, lion, etc.
- Fossettes : on doit toujours dire à une jolie femme qu’elle a des amours nichés dans ses fossettes.
- Garde-côte : ne jamais employer cette expression au pluriel en parlant des seins d’une femme.
- Imbéciles : ceux qui ne pensent pas comme vous.
- Vins : sujet de conversation entre hommes. Le meilleur est le bordeaux puisque les médecins l’ordonnent. Plus il est mauvais, plus il est naturel.
- Visage : « miroir de l’âme », alors il y a des gens qui ont l’âme bien laide.



samedi 25 janvier 2020

Faire-Part de quelques Gouvyons et Gouvyonnes ( troisième partie)


Madame Germaine Clotuche, l’épouse de Jean, eut la bonne idée de conserver les faire-part d’une quantité  impressionnante de Gouvyons et Gouvyonnes, soit plusieurs centaines. Sa belle-fille, Claudine Marx-Clotuche, me les a confiés. J’en ai épinglé une trentaine suivant des critères subjectifs et émotionnels. En voici une première partie.
Merci à madame Clotuche, à Claudine et à sa fille Joanne !

Les quatre derniers faire-part ont été envoyés par Charlie Angé.



                                               Maxime Laloux


                                            Raymond Laloux


                                             Armande Guillot


                                            Léon L'Huire


                                              Faustin Jamotton


                                              Armand Wigny


                                           Nestor Pignon


                                           Marguerite Paquet


                                                Lucien Chalon


                                          Denise Boulanger


                                                    Léa Nivarlet


                                

                                              Germain Angé


jeudi 23 janvier 2020

Guy de Maupassant : " L'Héritage "




M. Cachelin est employé au Ministère. Or il se fait que sa sœur célibataire Charlotte est très riche et que sa fille, Coralie, est à marier ( c’est cette dernière qui héritera un jour de la fortune de Charlotte). Or il se fait qu’au Ministère, Cachelin est amené à côtoyer M. Lesable, employé modeste. Invitation est lancée et bientôt les tourtereaux se marient. Voilà ti pas que la vieille et riche Charlotte décède. Le notaire ouvre le testament : l’héritier(e) sera l’enfant de la jeune épouse … ou ne sera pas. Qu’à cela ne tienne : rien de plus facile que de faire un enfant. Pas si sûr …

Tout cela se lit avec délice. A ne pas louper la description de l’atmosphère au Ministère. On eut- peut-être - espérer une fin un peu plus coquine venant de Maupassant. Mais nul n’est parfait !



Georges Simenon : " Chemin sans issue "



 Deux Russes, Vladimir et Blinis, sont employés par une riche héritière qui vit sur un bateau de luxe ancré à Cannes. Le premier est l’amant de cette dame et Blinis celui d’Hélène, la fille de la patronne.
Vladimir boit énormément (et pas que de l’eau). Un jour, il joue un sale tour à son ami Blinis. Il n’aura de cesse à essayer de se faire pardonner.
Un roman sombre de Georges Simenon, certainement pas son meilleur.

Extrait :

- « Si ton oeil est un objet de scandale, arrache-le et jette-le loin de toi ». Il se souvenait de l’Evangile, de l’Ecclésiaste. Dans quoi disait-on que le seul crime sans pardon est de scandaliser un enfant ?






mardi 21 janvier 2020

Liège en 1898



                                                   Sur la place St-Lambert en 1898


                                      Une famille liégeoise sur le boulevard d'Avroy en 1898



                                             La F.N. de Herstal en 1898


                        L'Université en 1898 sur la future place du XX août



- « La Meuse » mardi 8 février 1898
Le bal des jeunes gens appartenant aux meilleures familles de la ville de Liége et de ses environs



- «  La Meuse «  jeudi 24 février 1898
Réclame pour les pastilles Geraudel



- « La Meuse » samedi 26 février 1898
A l’Eden-Strasbourg rue Lulay



- Jeudi 10 mars
Pôv nos’autes et tchins tcharettes



- Mardi 10 mai 1898
Alcoolisme et socialisme



- Samedi 4 juin 1898
A l’affiche du Théâtre Royal, Brasseur dans le « nouveau jeu »



- Dimanche 19 juin 1898
Quelques mots à propos du progrès survenu en si peu de temps …



- Jeudi 4 août 1898
Avis aux propriétaires de chiens






- Vendredi 2 septembre 1898
La fête de Saint-Gilles l’Ewaré









- Samedi 3 septembre 1898
A propos des allumeurs de réverbères



- Mercredi 30 novembre 1898
Réclame pour les pastilles Geraudel



- Mercredi 1 er décembre 1898
Fabrique de voitures de luxe, CH. Closset, rue Ste-Marie, 20



- Mardi 6 décembre 1898
Carrosserie de luxe Al. Gamette, place St-Lambert


Et particulièrement au quartier Sainte-Marguerite :



- «  La Meuse » mardi 19 juillet 1898
La fête paroissiale de Sainte-Marguerite 



- « La Meuse » jeudi 10 novembre 1898
Collecte à l’église Sainte-Marguerite. Note : un exemplaire du journal «  La Meuse » coûtait 10 centimes en 1898, 2 euros en 2020.



- « La Meuse » jeudi 10 novembre 1898
Spectacle à Fontainebleau



- Samedi 19 novembre 1898
Prouesse du charretier Boulet. Ouïlle ! mes rotules, qu’il dit le cheval



- Samedi 17 décembre 1898
Melle Odille Warin reprend la taverne Gauloise, rue Ste-Croix, 20


Merci au journal « La Meuse » !
Merci à la bibliothèque de l’Université de Liège !

dimanche 19 janvier 2020

L'Arche russe d'Alexandre Sokourov



Tout comme le film « 1917 », actuellement en salle,  « L’Arche russe » fut tourné en un seul plan  séquence et ce au musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg. 
Un bijou dans le genre !

samedi 18 janvier 2020

Faire-part de quelques Gouvyons et Gouvyonnes ( deuxième partie)


Madame Germaine Clotuche, l’épouse de Jean, eut la bonne idée de conserver les faire-part d’une quantité  impressionnante de Gouvyons et Gouvyonnes, soit plusieurs centaines. Sa belle-fille, Claudine Marx-Clotuche, me les a confiés. J’en ai épinglé une trentaine suivant des critères subjectifs et émotionnels. Voici la deuxième partie.
Merci à madame Clotuche, à Claudine et à sa fille Joanne !


                                                   François Leyens


                                                   Gilbert Neybuch


                                                     Maurice Robert


                                                  Désiré Maron


                                                       Marguerite Volvert


                                                     Pierre Schmitz


                                                    Hernri Bissen


                                                    Louis Jacques


                                                      Victor André


                                                    Antoine Parmentier