" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

vendredi 29 novembre 2019

Chanson wallonne : " Mame " de Joseph Mignolet - Marcel Batta)











Vous avez été nombreux à me demander les paroles de cette émouvante chanson wallonne écrite par Joseph Mignolet:  Adon vochal...

Mame.

A l’sîse po fé nanner s’cint-mèye 
(A la soirée pour endormir son trésor)
Li mame fôrdjèye dès sots rèspleûs 
(La mère invente des refrains fous)
Èt s’fi tot l’hoûtant qwite nosse vèye
(Et son fils en l’écoutant quitte notre vie)
Po bate carasse è grand cîr bleû
(Pour battre les champs (courir çà et là) dans le grand ciel bleu)
Å son dèl muzique tot s’alome
(Au son de la musique, tout s’allume)
I ploût dès rôses èt dès feû-d’-lis
(Il pleut des roses et des fleurs de lis)
Èt l’èfant qu’voléve èsse in-ome
(Et l’enfant qui voulait être un homme)
S’èdwèm èt sondje å paradis
(S'endort et rêve au Paradis)

Mame ! C’è-st-on grand no
(Maman ! C'est un grand nom)
Qu'a-st-on p’tit gos’ di låme
(Qui a un petit goût de miel)
Mame ! C’èst l'seûl solo
(Maman ! C'est le seul soleil)
Qui fêt souwer lès pus grossès låmes
(Qui fait sécher les plus grosses larmes).
Mame ! C’èst l'andje dè cîr
((Maman ! C'est l'ange du ciel)
Qui l'bon Diu mèt’ so nosse vôye
(Que le bon Dieu met sur notre chemin,)
Mame ! C’èst l'doûce mårtîr
(Maman ! C'est la douce martyre)
Qui prind totes nos ponnes èt qui done sès djôyes
(Que le bon Dieu met sur notre chemin).
,
Pus tård si ’ne måle doleûr nos blèsse
(Plus tard si un malheur nous arrive)
Å pont qu’nos vôrîz bin mori
(Au point de vouloir en mourir)
Li mame nos r’hape divins sès brès’
(La maman nous reprend dans ses bras)
Èt nos hosse come qwand n’s-èstîs p’tits
(et nous brerce quand comme nous étions petits)
Tot hoûtant çou qu’èle nos raconte
(En écoutant ce qu'elle nous raconte)
Paroles qu’èle qwire è fond di s’coûr.
(Paroles qu'elle cherche au fond de son coeur)
Adiu totes lès lêdeûrs dè monde
(Adieu toutes les laideurs du monde)
Èt nos r’crèyans-st-å mots d’amoûr
(Et nous croyons de nouveau aux mots d’amour).

Èfant n’fez måy plorer vosse mame
(Enfant, ne faites jamais pleurer votre maman)
Si vèye fout-st-on tiér di doleûrs
(Sa vie fut un long chemin de douleurs
On tiér qui catcha bin dès drames
(Un chemin qui cacha bien des drames)
Dizos sès treûs såvadjès fleûrs
(Sous ses trois fleurs sauvages)
Fièstîz l’come å timps d’vosse djonnèsse
(Fêtez la comme au temps de votre jeunesse)
Pus tård si v’s avez quéque hatcha
(Plus tard si vous avez quelque péronnelle)
Ele rèspèctey’rè vosse blanke tièsse
(Elle respectera vos cheveux blancs
Tot s’rapinsant s’bone vîle mama
( En se souvenant de sa vieille maman).

                                                                    Traduction de José Thomsin

mercredi 27 novembre 2019

Nadine Monfils : " Contes pour petites filles criminelles "







                                           Nadine Monfils 


Ben là encore, je suis tombé sur le cul. Tout comme dans son recueil nommé « Contes cruels »  (voir plus bas ), voici de la littérature qui n’est pas fleur bleue du tout. Et pour cause :  c’est du hard, du démentiel, du « cochon », du « pas pour les petites filles sages », , du «  carré blanc », du quasi porno … Hé oui, Madame ! Pourtant, elle n’a pas l’air comme ça, la Nadine Monfils, quand on la regarde en photo. On lui donnerait volontiers le Bon Dieu sans confession et pourtant, si vous saviez … ( voir plus bas). Comme quoi il ne faut jamais se fier aux apparences …
Passons aux choses sérieuses. Treize très courtes nouvelles.

1. « La vie en rose » : dépeçage en règle d’un gaillard : cheveux, nombril, sexe.
2. « Les bulles de savon » : la femme-enfant qui aime les bébés. Attention ! Accrochez-vous bien !
3. « Robe rouge » : dans un bordel de bas-fond à Venise.
4. « Le bouton de nacre » : Mary-Lou et l’homme du journal le Patriote Illustré.
5. « La page blanche » : un écrivain est amené à visiter une maison étrange, hantée. 
6. «  Lolita Plexiglas » le jeu pervers et meurtrier de Lolita.
7. « Les larmes noires » : une poupée meurtrière.
8. « La boite de violon « : Ambre, une petite fille un peu spéciale.
9. « Le nain aveugle » : la petite Nirvanah tombe sous le charme du nain Geode et prouve qu’elle a de la cervelle. (un bon psychiatre est demandé d’urgence ! ! ! )
10. « La cage » : la petite fille qui n’aimait pas les oiseaux.
11. « La petite fille dans l’aquarium » : Tout est dans le titre. Attendez-vous à du macabre !
12. « La voleuse de rêve » : Antonella aime les bébés… Enfin, jusqu’à un certain point …
13. «  Le gang des petites filles » : prenez-y garde sinon il vous en cuira ! …

Extraits :

* Je n’aime les gens qu’à petites doses.

* Il part du principe que quand on fait deux choses en même temps, on les fait de travers. Et vu qu’il bande presque tout le temps, il pense pas beaucoup.

* - Prends soin du petit, ma belle ! lance-t-elle, en enfilant son manteau. Je dois aller rendre visite à l’oncle Henry.
   - Au revoir, maman ! …Et tout bas dans l’oreille du bébé : « Elle va encore jouer au docteur avec l’oncle Henry ! »

* ( à propos d’un barbecue) Une fois déshabillé, les fillettes avaient transportées le gros homme dodu dans la cour. Elles avaient dû s’y prendre à plusieurs reprises pour l’embrocher. Tina avait trouvé une grande barre de fer dans un chantier. Pour l’enfoncer derrière, pas de problème, ça rentrait comme dans du beurre. Mais où ça coinçait, c’était au niveau de la tête. Finalement, Nikita, plus débrouillarde, avait été chercher une foreuse pour percer un trou dans le crâne. Et, oh miracle ! la tige était apparue, telle un cheveu dru et roux.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
En bonus, les contes cruels de Nadine Monfils :

Eric-Emmanuel Schmitt : " Lorsque j'étais un oeuvre d'art "




Tazio Firelli est le cadet de trois frères. Ses deux aînés sont d’une beauté extrême et mondialement célèbres. Tazio en souffre et, de plus, trouve sa vie sinistre. Aussi il décide de mettre fin à ses jours. Il va se jeter du haut d’une falaise quand un homme, surnommé Zeus-Peter-Lama, l’en dissuade. Un contrat est signé entre eux : Tazio vend son âme et son corps. Il est transformé par Zeus en statue vivante. Il se montre, complètement nu, dans d’innombrables expositions contemporaines. Le succès, la gloire sont au rendez-vous mais on ne joue pas ainsi impunément avec sa propre personnalité.

Une sorte de « Pygmalion «  des temps moderne. Un thème souvent exploité dans la littérature à commencer par Bernard Shaw. E.E. Schmitt d’en sort pas mal si on excepte quelques longueurs et un peu trop de « love affair » (qui a le don de m’agacer vu que j’exècre toutes les histoires d’amour).

dimanche 24 novembre 2019

Les premières exhibitions du cinématographe à Liège en juillet 1896





                                      Pour avoir un ordre d'idée de prix des places, sachez qu'un exemplaire du journal " La Meuse " en 1896 coûtait 10 centimes, 1,80 euro en 2019.

Pour être exact, c'est le 2 juillet 1896 que la première projection cinématographique eut lieu à Liège, au théâtre du Gymnase par le `cinématographe parisien´. Dès le lendemain, un autre cinématographe s'installait rue Cathédrale, au premier étage du café-taverne le Canterbury.









Et une petite séance pour vous mettre l'eau à la bouche :

https://www.youtube.com/watch?v=zmUQPwotVFs

samedi 23 novembre 2019

L'offensive de 1944/1945 à Gouvy en images


                    La maison du centre avec l'échauguette, bien malmenée, allait devenir en 1946 ma maison familiale

A l’occasion du bientôt 75 ème anniversaire, Josy Triolet de Spa nous envoie plusieurs photos de l’offensive. Qu’il en soit remercié !
A Gouvy, et plus généralement en Ardenne, quand on parle de l’offensive von Rundstedt, on dit tout simplement « l’offensive » en gommant le nom du général. Ce qui est une chose salutaire.


Toutes ces photos ont été prises à l’époque par Charles Molitor.







                                                   Eglise d'Ourthe, avant et après




                                        Le pont du chemin de fer de Gouvy






                                             La gare et la rue de la gare à Gouvy




                                        Garage Wirard près du pont


                                        Le pont de chemin de fer de Gouvy détruit










                                          Route d'Houffalize


                                          Croisement des rues de Beho et d'Ourthe




                                            Maison Licker à Ourthe


                                          Rue du Wago

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

                            Didier Petit nous envoie ces deux autres photos.
                                                             Merci à lui !


               Rue du Cheneux et rue du Centre et au milieu la rue du Bechait.



                                          Scierie André



vendredi 22 novembre 2019

Marcatchou ( Liège 1827 - 1896 ), roi des pêcheurs





                                                        Marcatchou - Gravure de Jean Donnay






" La Meuse " mercredi 24 juin 1896

Marcatchou, originaire de Roture, s’appelait en réalité Jean Quitin. Il était né en 1827. Type populaire par excellence, il laissa un vocable qui désigne à Liège les adeptes de la gaule (la pêche). On l’avait d’ailleurs surnommé de son vivant le roi des pêcheurs. En réalité, il était ce que l’on appelle encore dans la Cité ardente « on lètcheu d’baye », sempiternellement installé sur la rambarde d’un quai, laissant une ligne flotter à fleur de l’onde, sans trop s’en soucier sauf quand cela semblait mordre.

Marcatchou passait sa vie au bord de l’eau où il coltinait sa fameuse besace grise grouillante d’asticots et d’autres appâts. Ses moyens d’existence étaient aussi mystérieux que futiles, mais il était tout de même devenu le fournisseur attitré de certaines poissonneries ainsi que de plusieurs restaurants. Ainsi devint-il le roi des pêcheurs, faisant la nique à tous les autres.
(…)
Pour diverses raisons, Marcatchou était célibataire aux yeux de tous les Liégeois. Pourtant, cet homme crasseux devait jouir auprès des femmes d’un certain charme puisqu’il se maria deux fois et que, peu avant sa mort, il vivait encore avec une troisième compagne.
(…)
L’hiver, de son propre chef, il se rendait à la prison Saint-Léonard et allait y purger les diverses peine que le tribunal correctionnel le condamnait bon an mal an, pour ses infractions aux lois de la pêche et pour autres menus larcins. L’été, Marcatchou dormait sur le trottoir, dans les taudis où il vivait. On lui prêta nombre d’aventures typiquement liégeoises dont certaines ont été embellies par la légende. Ce sont surtout ses démêlés épiques avec la police qui sont restées célèbres.
(…)
Une autre anecdote rapporte que Sarah Bernhardt, la célèbre actrice française, en tournée à Liège, eut l’idée saugrenue de vouloir pêcher à la ligne. Le hasard fit qu’elle se retrouva quai de la Boverie avec Marcatchou.
Avec la verve qu’on lui connait, Robert Ruwet raconta, jadis,  cette rencontre singulière.
Sa vie prit fin le 23 juin 1896 comme nous le décrit l’article du journal «  La Meuse » ci-dessus.

                                        Jean Jour, in « Personnages populaires liégeois »




Place réservée au journaliste et écrivain Jean Jour au bout du bar de la taverne " Tchantchès et Nanesse " rue Grande-Bêche en Outremeuse. 
Photo : Fernando del Peso

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

                                        « MARCATCHOU »,  saynète de Robert Ruwet

Personnages :

Sarah Bernhardt 
Marcatchou
Guide
Pêcheur 2
Pêcheur 3
(en bord de scène, ligne tombant dans la fosse)

   Guide
Figurez-vous que madame Sarah Bernhardt a entendu parler d’un certain Marcatchou, le roi des pêcheurs à ce qu’on dit et elle aurait voulu le rencontrer.
   Pêcheur 2
Marcatchou… ?
   Guide
Oui, pourriez- vous me dire où nous pourrions le rencontrer ?
   Pêcheur 3
Oh pour ce qui est de le rencontrer, vous ne devrez pas aller fort loin. C’est celui que vous voyez là.
   Guide
C’est lui le fameux Marcatchou ?
   Sarah Bernhardt
Que disent ces aimables messieurs ?
   Guide
 Qu’il semblerait que l’illustre Marcatchou soit le Monsieur qui pêche là…
   Sarah Bernhardt
Oh mon Dieu comme c’est typique. Vite présentez-le-moi. Vous lui donnerez cette photo dédicacée.
   Pêcheur2
Mais on  vous prévient hein ! C’est un sale caractère.
   Pêcheur3
Oui ! Surtout aujourd’hui parce que hier soir il a fêté la Saint-Pierre.
   Pêcheur2
Il doit avoir une fameuse gueule de bois et je me demande s’il va supporter ça. Elle s’est parfumée avec  quoi ?
   Pêcheur3
Sais pas. On dirait du pétrole.
   Sarah Bernhardt
Que dit cet aimable jeune homme ?
   Guide
Que… que… que votre parfum est… Mmmm… Quel ravissement.
   Sarah Bernhardt
Il n’est de véritable parfum que de Paris. C’est bien connu.
   Pêcheur3
Je veux bien parier que Marcatchou va l’envoyer promener.
   Pêcheur2
Ou il  va  lui dégobiller sur son manteau de fourrure.
   Sarah Bernhardt
Qu’est-ce donc ?
   Guide
 Il dit que…… que… Marcatchou est un grands solitaire et que…
   Sarah Bernhardt
Allons mon  ami. Présentez-le-moi donc. Tenez : c’est pour vous : une photo dédicacée.
   Guide
(vers Marcatchou.) C’est bien  vous, Monsieur Marcatchou ?
   Marcatchou
Mmmm…
   Guide
C’est l’illustre Sarah Bernhardt qui souhaite vous rencontrer. Elle  a entendu parler de vous et…
   Marcatchou
Mmmm…
   Pêcheur2
A mon avis, vous n’en tirerez pas beaucoup plus aujourd’hui. Il a un caractère de grincheux.
   Pêcheur3
Et quand c’est que c’est le lendemain  de la veille, vaut mieux garder ses distances.
   Sarah Bernhardt
Ainsi donc c’est lui l’illustre pêcheur Liégeois. Mon dieu quel bel homme. Mais que sent-on ici ? Je ne vois point de décharge…
   Guide
 La décharge c’est lui !
   Marcatchou
Mmmm…
   Sarah Bernhardt
Dieu comme c’est typique. Et que pêche-t-il ce brave homme ?
   Guide
Hein ? Que pêche-t-il ?
   Pêcheur2
Des poissons tiens sûrement. T’as déjà vu un pêcheur qui pêchait des petits cochons ?
   Guide
M’en doute, mais quels poissons ?
   Pêcheur3
Ben va, aujourd’hui pas sûrement pas grand-chose. Depuis que ta bonne femme qui flaire est là, tous les poissons doivent être remontés plus haut que Seraing.
   Sarah Bernhardt
Mais que met ce brave au bout de sa ligne pour attirer ces gentils petits poissons ? Vous leur donnerez aussi une photo dédicacée.
   Guide
Oh… hein ? Qu’est-ce qu’il met ?
   Pêcheur2
Ah ben tiens, vous allez voir…
   Pêcheur3
Vas-y, Marcatchou.  Réamorce un peu pour faire voir à la dame.
   Marcatchou
Mmmm….(gratte dans ses cheveux)
   Sarah Bernhardt
Dites-moi : c’est tout ce qu’il sait dire ?
   Guide
 Euh… je ne crois pas mais…
   Sarah Bernhardt
Ah ! Par saint Denis et sainte Gertrude ! Mais que fait-il ?
   Pêcheur3
Ouf ti ! Il en a sorti un beau hein là !
   Pêcheur2
Oh oui ! Sûrement un qu’il élevait depuis des semaines
   Sarah Bernhardt
Mais c’est un pou que cette brute…
   Guide
Oui mais…
   Sarah Bernhardt
Bâtch !
   Marcatchou
Mmmm….
   Pêcheur3
Ben dis, Marcatchou, pour montrer à la dame, pourquoi est-ce que tu ne mettrais pas un bon  gros asticot ? Hein Monsieur ? Vous voulez que Marcatchou montre à la dame ?
   Guide
 Ben, vous voulez voir un asticot ?
   Sarah Bernhardt
Qu’est-ce ?
(Marcatchou va dans sa bouche et en  extrait un  gros asticot)
   Marcatchou
 Madame, je suis maintenant en mesure de vous présenter mes hommages matinaux. Dans une autre dent cariée, j’ai le jeune frère de celui-ci. Si vous voulez…
   Sarah Bernhardt
Vite ! Vite que l’on me ramène à mon hôtel. Je sens que je vais défaillir. Mais où suis-je tombée ici ?
(Sarah Bernhardt et le guide sortent, Marcatchou sort une bouteille de son sac))
   Marcatchou
Et maintenant que la place est dégagée, mes vieux camarades, nous allons trinquer à la santé de saint Pierre, le saint patron des pêcheurs.
   Les trois
Santé !

                                                              Fin.



                                          Confrérie des Marcatchous d'Sint-Foyin







mardi 19 novembre 2019

La Maclotte de Steinbach - Cycle 1







Maclote ou maclotte est la déformation wallonne du mot matelote, désignant les danses que les marins exécutaient sur les bateaux pour se distraire. Le mot a fini par désigner la plupart des danses véhiculées par ceux-ci, c'est-à-dire des contredanses « en colonne » revisitées et adaptées par les maîtres de danse wallons.
Dans de nombreux villages (Harre, Vieuxville) la maclote fait partie d'une suite de danses comprenant aussi l'amoureuse, l'allemande et le passe-pied1.
Il existe presque autant de maclotes que de villages en Wallonie (Belgique), bien que beaucoup d'entre elles aient été perdues. Certaines aussi sont des chorégraphies récentes « dans le style de ».
Sont notamment dansées :
  • Maclotte de Coo
  • Maclotte de Habiémont
  • Maclotte de Steinbach
Le pas de base de la maclote occupe deux mesures 4/4 ou 6/8 et se compose de deux pas sautillés (en partant du pied gauche généralement) suivis de trois pas martelés.

Guy Delhasse : " Les Abeilles rôdent "




                                            Paul Mac Cartney et sa basse Violin Höfner

Mark Charleman, le narrateur de ce récit, est fou de rage depuis que le groupe rock «  Les Abeilles »  ont détrôné en popularité son idole, Elvis Presley. Il a juré de faire la peau aux quatre membres de cette formation. C’est l’occasion rêvé pour Guy Delhasse de retracer le parcours fulgurant des … Beatles (alias les Abeilles).

Il existe de nombreuses biographies des « quatre de Liverpool ». En voici une autre avec le côté ludique, déjanté bien connu dans le chef de Guy Delhasse. Il le dit lui-même, page 93 : « Les Abeilles m’ont tellement donné de joie de vivre que je peux bien leur offrir ce petit livre d’hommage. »

lundi 18 novembre 2019

Oeuvres de Joseph Bontemps - Collection privée de monsieur et madame Triolet-Ottevanger



                                        Joseph Bontemps  " Sous-bois sous la neige "

Ces tableaux signés Joseph Bontemps émanent de la collection privée de monsieur et madame Josy Triolet – Yolande Ottevanger. Ces œuvres ne sont pas reprises dans l’exposition qui a lieu en ce moment au château de Gouvy (novembre 2019).
Merci à eux de nous les montrer !


                                       " Chemin de croix de Saint-Martin "


                                         " Moulin Clotuche "


                                                       " Désolation "


                                                     Quelques " Sous-bois "






  
                                               " Etude "




                              Joseph Bontemps de l' "Ecole liégeoise de peinture ".

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Josy Triolet envoie encore ces trois clichés issus d'un album photo datant de 1937/1938