" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

dimanche 30 juin 2019

Franz Weyergans : " Liège "





Place St-Lambert


                                             La basilique St-Martin vue de St-Jean


                                            Rue Roture


                                       Le Vénitien , boulevard de la Sauvenière

Un beau livre signé par Franz Weyergans, le père de François Weyergans. Une visite des haut-lieux de liège agrémentée de jolis textes et de belles photos, le tout empli d’une certaine nostalgie.

Extraits :

-  Nos marionnettes ne sont pas du folklore. C’est de la vie. Elles témoignent de notre don d’enfance. Si Tchantchès tutoie Charlemagne c’est que dans cette ville l’homme du peuple a toujours eu le courage d’en remonter au prince. C’est peut-être aussi que notre race fut princière et populaire, donnant au monde des sculpteurs et des locomotives, laissant partir ses enfants et accueillant les étrangers mais les marquant les uns et les autres. Grétry et Simenon ont quitté Liège, mais leurs œuvres sont liégeoises, l’une résonne du chant de nos fontaines et l’autre est imprégnée de la brume de nos quais et de la pluie de nos boulevards.

-  Et soudain, pendant les journées lumineuses qui chantent en mai et en juin comme les toiles de Van Eyck, voici qu’on entend les fontaines. On connaît celle du Vinâve d’Ile, celle du Perron, celle de Hors-Château, celle du palais. Il en est bien d’autres, en Féronstrée ou à Saint-Martin, dans les cours d’hôtels, sur de placettes ignorées, reprises à d’anciens couvents, cachées dans des murs qui sont presque faubouriennes. Une ville qui a su garder ses fontaines est une ville qui cultive l’art de vivre, car l’eau qui fut le comble de l’utile et devenu, prodiguée gratuitement pour le plaisir des yeux et des oreilles, le comble de l’inutile, - cet inutile sans quoi l’utile ne serait pas agréable.

samedi 29 juin 2019

Armel Job : " Le conseiller du roi "





Belgique, 1950. Nous sommes dans une période trouble, que l’on qualifiera plus tard sous le vocable de l’Affaire Royale, à savoir qu’une partie importante de la population belge reprochait au roi Léopold III son attitude ambigüe durant la guerre 40-45 puis, cerise sur le gâteau, son remariage avec une roturière. Gamsber van der Noot, le conseiller du roi occupe très souvent sa maison de campagne dans un village de l’Ardenne luxembourgeoise. Tout comme le roi, il est dans la tourmente et essaie d’éviter le pire au souverain. Lors d’une partie de van de Noot est blessé. Aline, la fille du garde-chasse, qui suit des études d’infirmière, décide de la soigner. Et ce qui devait arriver, arriva et plus, fâcheux, cela se solde par la venue d’un enfant. Un mystérieux personnage peint sur les murs de la propriété du conseiller : Aline + Liliane = salopes ( Liliane étant le prénom de la nouvelle épouse du roi). Tout cela se soldera par un meurtre …

Moi qui suis un fan de l’écriture d’Armel Job, j’ai nettement moins accroché à ce livre. Il faut préciser que je fus quelque peu distrait et que cette affaire royale a le don de m’énerver.
Je me réjouis de lire à nouveau un roman de monsieur Job. A suivre …

Extrait :

- La forêt, comme les églises, réclame le silence. Cela ne s’explique qu’aux imbéciles.

jeudi 27 juin 2019

Liège en 1800 ( Gazette de Liége du 29 septembre 1799 au 27 septembre 1800)


                                        Liège vers 1790


                                       Pont du Torrent entre St-Denis et la rue de l'étuve







- «  Gazette de Liége », du Quintidi 5 Brumaire, an 8 de la République Française
La Gazette de Liége s’insurge à propos d’une information mensongère concernant les prêtres réfractaires

- « Gazette de Liége » du Tridi 23 Frimaire, an 8 de la République Française
A la maison des bains, proche du pont Torrent n°718, on continuera de donner des bains chauds pendant tout l’hiver de 7 heures du matin à 7 heures du soir




- « Gazette de Liége » du Tridi 13 Nivôse an 8 de la République Française
Le citoyen Vaucher, docteur en médecine, se recommande



- Du Quintidi Nivôse an 8
Avis important pour les prêtres

- Loterie nationale, tirage du 1 er Pluviôse : 75-65-29-74-69



- Du Septidi 17 Germinal, an 8
Engagez-vous dans l’armée ! Vive la République !

- Du Tridi 3 Floréal, an 8
De Liége. Après demain, 250 volontaires partent pour l’armée de réserve. C’est le résultat du premier appel fait dans le département au nom de l’Honneur et de la Patrie

- Du Septidi 7 Messidor, an 8
Au faubourg Amercoeur ce décadi prochain partira un ballon aérostatique avec un mouton



- Du Nonidi 29 Messidor, et suivants, de l’an 8
Vive la République ! Vive le 14 juillet !

- Du Septidi 27 Thermidor, an 8


* Appel aux conscrits



* Baignades interdites dans la Meuse



*  Mercuriale du mois de Thermidor. Quelques prix de denrées



Et particulièrement au quartier au faubourg Sainte-Marguerite :
- « Gazette de Liége » du Tridi 13 Frimaire, an 3 de la République Française
Marguerite Gilot, accoucheuse, demeurant en Glain, Faubourg Ste-Marguerite n° 264 accouche chez elle les citoyennes qui y prendront logement

- « Gazette de Liége » du Septidi 7 Pluviôse, an 8 de la République Française
La citoyenne veuve Deslins informe qu’elle continue à tenir l’hôtel de Flandres situé Fond-St-Servais N° 147. Elle fait partir tous les jours une voiture qui va de Liége à Bruxelles en un jour, idem pour le retour : laquelle voiture correspond avec les diligences d’Anvers, Bruges, Dunkerque, Lille, Paris, etc.

-« Gazette de Liège » du Primidi 1 er  Ventôse, an 8 de la République Française
Moreau, rue St-Séverin n°715 vend du très bon vin du pays à 10, 12 sous la bouteille ; du Bar à 11 ; du Bourgogne à 14, 18, 22 ; du très bon genièvre à 11, 13 sous le pot, etc.



- Du Tridi 3 Ventôse, an 8
Un citoyen liégeois, 17 ans, engagé volontaire, issu du faubourg Ste-Marguerite écrit à sa mère

- Du Primidi 24 Germinal, an 8
Combat de coqs, après demain à neuf heures du matin chez Boulanger au faubourg Ste-Marguerite

Merci à la Gazette de Liège !
Merci à la bibliothèque Ulysse Capitaine, en Féronstrée à Liège !

samedi 22 juin 2019

Cela s'est passé en mai à Gouvy



                                           Gouvy, rue de la gare en 1946 




- 15 mai 1927
1 er prix avec la plus grande distinction à l’académie des Beaux Arts de Liège pour Joseph Bontemps



-  Jeudi 21 mai 1953
Le concours agricole de Gouvy : 4.000 entrées payantes pour les deux jours





- Mardi 26 mai 1953
Modernisation de Ourthe

-  Jeudi 7 mai 1962
Le syndicat agricole de Gouvy a fêté son 40 ème anniversaire. Avril avait été un mois d’hiver et mai était loin d’être un mois de printemps. Ainsi craignait-on le mauvais temps pour cette manifestation mais il n’en fut rien. Le 7 ème concours-exposition s’était installé à l’endroit habituel, derrière l’église de Gouvy. Le comité exécutif (MM Burnotte, président et Nisen, secrétaire) (…) épaulé par un comité agricole (…) n’avait pas ménagé ses efforts (…) Le dimanche 24, dès 9 heures, la foule se mit à affluer si bien que le soir plus de 2.000 entrées étaient enregistrées.
Concours. Lapins individuels remporté par Felten Gabriel de Gouvy et Bechet Roland de Gouvy. Trio un coq deux poules remporté par Nisen Marcelle de Gouvy. Meilleur tractoriste : Felten Robert de Gouvy.



-  Lundi 23 mai 1966
Adieu, tchouf-tchouf !
Adieu aux locomotives à vapeur ! Depuis dimanche, il n’y a plus de traction à vapeur sur les services réguliers. Nous ne verrons donc plus le grand panache de fumée dans nos gares et nos campagnes.



- Lundi 22 mai 1982
L’équipe première de Gouvy



-  Mardi 9 mai 1989
De succès en succès … 41 exposants à la foire commerciale de Rettigny



-  Vendredi 18 mai 1990
Jumelage des Gouvions en Louisiane ( Mansura)


-  Jeudi 16 mai 1991
Gouvy, chevaux et nature à la 5 è fête équestre



-  Lundi 4 mai 1992
 Les minimes de Gouvy



-  Vendredi 21 mai 1993
 « Après 50 ans d’existence, l’unité scoute Saint-Druon est encore une jeune fille. Alors, en route vers le futur ! ». Ainsi s’est exprimé M. Jean-Luc Robert, un des fils du fondateur du mouvement



-  Vendredi 28 mai 1993
Bovigny à l’heure d’ « A bon vî timps » : plus de 3.000 visiteurs




-  Mardi 18 mai 1999
Gouvy assure son salut sur le fil


Merci au journal " L'Avenir du Luxembourg " !
Merci à la bibliothèque Albertine de Bruxelles

jeudi 20 juin 2019

Liège en 1825


                                            Vue du Pont des Arches en 1825


Pont des Arches en 1825



                                             Pont d'Amercoeur en 1825



- « Journal de la Province de Liége – Politique, commercial et littéraire - J.F. Desoer, place Saint-Lambert n° 774 »
Mardi 5 janvier 1825
On a trouvé quatre porcs. Celui qui les a perdu peut les réclamer au n° 343 faubourg Vivegnis où on lui indiquera où ils sont.



-  « Journal de Liége- Desoer, vendredi 21 janvier 1825
Dimanche prochain, il y aura un combat de gros blaireaux contre des chiens chez Bertrand, faubourg St-Léonard

-  « Journal de Liége-Desoer, janvier 1825 »
F. Franckx, rue Ste-Ursule n° 910, vient de recevoir un nouvel envoi d’huitres anglaises très fraîches, cabillauds, morues, anchois, le tout nouveau.

- Samedi 19 février 1825
Le sieur Philips à l’établissement des bains quai de la Sauvenière à Liège a l’honneur d’informer le public qu’il fera conduire de l’eau avec baignoire au domicile des personnes qui le désirent

- Dimanche 13 mars 1825
Taxe du pain à Liége
Pain de seigle de 2 livres, 4 sous
Pain de ménage de 2 livres, 6 sous un liard
Pain blanc de 2 livres, 9 sous

- Jeudi 28 avril 1825
La nommée Marie Bovy, convaincue d’avoir volé des chaises dans l’église Cathédrale de Liége est condamnée à un an de prison.

-  Dimanche 3 mai 1825
Aujourd’hui, bal à cinq heures du matin à Ma Campagne à Ste-Walburge. Après-midi on jetera une roue de dindons  (*1)
Au Mouton Noir, rue Neuvice n° 952 on vient de recevoir des chapeaux de paille de Paris pour hommes et enfants.

-  Samedi 21 mai 1825
On pourra voir chez les pêcheurs du quartier d’Avroy leur poisson de mer qui pèse environ 125 livres qui est de 3 aunes de longueur.



-  Mercredi 6 juillet 1825
Visite à Liége du prince Frédéric et de S.M. notre roi ( ndlr ; roi des Pays-Bas)
(*2 )


- Mercredi 13 juillet 1825
Règlement de la Halle aux Viandes



- Dimanche 14 août 1825
Gigantesque incendie en Amercoeur
(*2)


- Dimanche 25 septembre 1825
Cours complet de langue française




- Samedi 19 novembre 1825
Le gérant d’affaires Jean-Baptiste Lardinois occupe un nouveau local rue Derrière la Magdelaine n° 131



- Dimanche 27 novembre 1825
Avertissement de l’école primaire royale de Liége




- Dimanche 27 novembre 1825
Un nouveau magasin s’ouvrira place Saint-Lambert




- Dimanche 11 décembre 1825
Les mendiants seront bientôt classés en trois catégories
(*2)




Et tout particulièrement au quartier Sainte-Marguerite :

- « Journal  la Province de Liège »  - J.F. Desoer, place St-Lambert n° 774
Vendredi 11 février 1825


Combat de blaireaux contre des chiens, dimanche prochain chez Henri Gasse, faubourg Ste-Marguerite à l’enseigne du Cheval Blanc.
Dimanche 11 courant, a deux heures de l’après-midi, on jetera une roue de dindons et un cochon (*1) chez Germai, boulanger, faubourg Ste-Marguerite, à l’enseigne du Coq Hardi, suivi d’un bal





- « Journal de la Province de Liége- Desoer »
Dimanche 29 mai 1825, une offre d’emploi particulière au faubourg Hocheporte



- « Journal de la Province de Liége – Desoer »
Dimanche 10 juillet 1825
Fête à Ste-Marguerite


°°°°°°°°°°°°°°°°°
Notes :
(* 1 )  « On jetera une roue de dindons, on jetera un cochon : l’expression djèter ou taper à l’åwe (jeter aux oies, parfois jeter aux dindons) provient d’une espèce de jeu qui consiste à lancer une barre de fer pour trancher le cou d’une oie suspendue à une roue.
 C’était donc là une manière d’annoncer les jetteries d’oie et de dindons.

Merci à monsieur Baptiste Frankinet ( responsable du Fonds Dialectal Wallon et de la bibliothèque de la Vie Wallonne) pour cette explication.

°°°°°°°°°°°°°°°°°




Extraits du livre " Vivre et survivre ", témoignages sur la condition populaire au pays de Liège du XII au XX è siècle. Editions du Musée de la Vie Wallonne.

°°°°°°°°°°°°°°°°

(* 2) Pays-Bas, Liège : Ce qui allait devenir la Belgique en 1830 fut sous domination des Pays-Bas de
1816 à 1830.

Merci au « Journal de la Province de Liége-J.F. Desoer » !
Merci à la bibliothèque Ulysse Capitaine, en Féronstrée à Liège !