" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

lundi 16 juillet 2018

Oufti ! Le Père Hubert cause de moi dans la presse très-très locale liégeoise




J’esplique. Depuis 2011, je fais partie de l’équipe rédactionnelle de « Salut Maurice », le journal du quartier Sainte-Marguerite à Lîdge. Nous sommes une petite dizaine.En 2015, je fus désigné volontaire pour m’occuper du blog de ce même quartier dont certains d’entre vous connaissent l’existence via ma page facebook. C’est dans cette revue que « sévit » le Père Hubert. Avec d’autres personnes, il a donné naissance à « son » journal, il y de cela un peu plus de vingt ans. L’homme, lui, a presque septante-neuf ans et demi  là maintenant. Sa rubrique se nomme «  Les Hubertises ». Ses articles se veulent être un tantinet acerbes sur les bords (et les bords sont larges). Il va les regrouper et en faire un livre, incessamment sou peu. Or, il se fait qu’il cause de moi dans l’un ou l’autre de ses « délires ».

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

1. Pour éclairer votre lanterne :

  Tovaritch Maurice, c’est donc notre journal qui égratigne quelques fois nos édiles communaux
 Willy, c’est Willy Demeyer, le bourgmess’ de Lîdge.
   Robert Ruwet est un écrivain-historien-liégeois, bien connu sur la place. Il est également mon collègue à «  Salut Maurice » et on va boire un pot à l’occasion.

Poutine

Poutine – Tes journaux, faut les coincer grave, Willy !  On m’a parlé d’un « Tovaritch Maurice ! » un peu remuant dans ta ville et qui te manque de respect. Par exemple,  des scribouilleurs comme ce Ruwet,  faut les éteindre.  Si tu veux, je te passe un flacon de polonium : deux gouttes dans sa bière et couic !
Willy -  Ruwet ne boit plus …
Poutine – Tes services secrets sont nazes, Willy.  Moi, j’ai des témoignages. Il se cache pour boire, le bougre !  Faudrait rajeunir les cadres de ta police communale.  Faut des gars plus jeunes et moins gros.  Et ce putain de Jean, tu le laisses faire ?
Willy – D’abord, c’est pas « putain », c’est « Catin ».  Et puis il n’est pas dangereux.  Il hante les bibliothèques… Il ne fait peur qu’aux vieux livres ! C’est un brave type.
Poutine – Ca n’existe pas les braves types.  Ils sont avec toi ou contre toi.  Il y a un hall d’entrée dans son building ?
Willy – Je crois que oui.
Poutine – Alors,  j’ai des spécialistes des halls d’entrée.  Ca prend dix secondes… Après, on fait une enquête et on ne trouve rien.
(…)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
2 . Pour éclairer votre lanterne :

Robert Ruwet est le même que celui déjà mentionné plus haut (des pareils, on n’en a fait qu’en un seul exemplaire, cô heureux !)
Jacques van de Weerdt est le fondateur de «  Salut Maurice » qui « commet » également un article intitulé «  le coin des aînés ». Ceux qui ont bien suivi savent maintenant qui se cache derrière le pseudo « Père Hubert ». Lui, ne veut pas que l’on divulgue qui se cache sous cette deuxième signature mais c’est un secret de polichinelle. Il n’y plus que lui qui ne sait pas que les autres savent (faut suivre, hein les mecs ..)

Martine à Liège

Bon, du comique, qu’ils disaient.  Parce que, avec les trucs philosophiques à deux balles de van de Weerdt, les sempiternelles rues à deux balles de Ruwet et les vieilles histoires à deux balles de Catin, pas sûr que les lecteurs se marrent !   Bon, ça fait 6 balles, j’ai vidé mon colt.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


3. Pour éclairer votre lanterne :

Joseph Deleuse est également un de mes collègues à « Salut Maurice ». Il est LE spécialiste de la Légia, cours d’eau qui descendait sur Liège (pour faire court).
L’hôpital Saint-Joseph va fermer en (septembre) 2019. J’y exerce un bénévolat à l’accueil depuis 2007. J’y suis également chirurgien … du cerveau à mes temps perdus.

C’est un grand navire

Ainsi en sera-t-il de St-Joseph, créé à l’origine pour soigner les mineurs accidentés, il y a cent ans, du temps où le charbonnage était l’industrie principale de notre région.  En ce temps-là, il y avait des « bonnes sœurs » avec leurs énormes voiles qui leur donnaient l’air d’hirondelles et qui gagnaient leur paradis en soignant les ouvriers... 
Mais, en 2018, plus de bonnes sœurs et plus d’hirondelles non plus !  La mondialisation et les pesticides !
Peut-être ces bâtiments finiront-ils comme les temples khmers, peu à peu envahis par la jungle ?  J’imagine Jean Catin ou Joseph Deleuse faisant visiter ces ruines à des groupes de touristes japonais : « ici, c’était la cafétéria, là, le bloc opératoire, là le présentoir des « Salut Maurice ! », attention, à gauche, un serpent ! … ».


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
4. Pour éclairer votre lanterne :

Robert Ruwet a écrit (entre autres) jusqu’à ce jour plus de vingt livres qui racontent Liège que je vous recommande plus que vivement ( chez Noir Dessin, par exemple). Il a signé l’un deux « Liège en cinquante bistrots ». C’est dire s’il en connaît un bout sur la question. A côté, je ne suis qu’un amateur.

Le quartier se redresse

Les cafés.  Célébrés par Robert Ruwet et Jean Catin, ils ont des noms qui m’enchantent.  « Au bon coin », « Aux portes de Liège », « Au bienvenu », « Chez Christian », « Au Khéops ».  Et puis… et puis il y a (avait !) Wazobia !  Ah, mes amis, Wazobia, celui-là c’est le sommet. Wazobia c’est toute l’Afrique, le brame des éléphants dans la foret équatoriale, les femmes aux seins nus qui dansent en se tortillant, la nuit, autour des braseros, au son des tam-tams.  Ah, Wazobia, tu es comme une fusée qui s’envole de Ste-Marguerite vers la mystérieuse Afrique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire