" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

samedi 21 juillet 2018

André Baillon : " Roseau "





Henri Boulant est un jeune adolescent qui tente de s’épanouir dans des collèges religieux, donc très stricts, de la Flandre profonde au début du XX ème siècle. Il est de santé fragile, rongé par les angoisses. De plus il est roux ce qui en fait le souffre-douleur de ses compagnons d’étude. Il parvient toutefois à progresser et à, plus ou moins, se sortir de ces (ses) marécages. A signaler qu’Henri connaîtra des amitiés dites « particulières » avec par exemple un certain Joseph. Il s’agit d’un roman où est certainement cachée une large part d’autobiographie.

Tout cela est bien écrit et attachant (à mon goût en tout cas, étant fan d’André Baillon).

Extraits :

- Je faisais alors le nécessaire pour mon scapulaire. Le scapulaire – le sait-on ? – se compose de deux rectangles de bure, reliés par des cordonnets que l’on pose à même la peau, l’un sur la poitrine, l’autre sur le dos. Il vous défend contre les dangers de toutes sortes. Si vous êtes, par exemple à la guerre, une balle le touche et ne va pas plus avant.

-  On m’avait confectionné de longues chemises de nuit, appelées des japons. Je m’enveloppais dans mon japon du cou aux pieds, puis m’allongeais sur le flanc les bras croisés sur ma poitrine, accrochant les doigts aux épaules afin qu’ils ne s’égarassent pas pendant mon sommeil sur des coins interdits. On dort très bien ainsi. Je ressemblais aux anges.
  
- Jésus a dit : celui qui rougira de moi, je rougirai de lui devant mon Père.

- J’ignorais comment les enfants viennent au monde, comment ils se font, mais je connaissais l’horrible geste d’un cousin qui avait fait jaillir devant moi ce qu’il appelait « la semence de bébé ».

-  En ce temps-là, on ne disait pas bicyclette ; on disait vélocipède. Quant aux paysans, en voyant filer cette machine inconnue que l’on chevauchait, ils disaient le cheval de fer en lui lançant des pierres comme s’ils voyaient le diable.

- Personne de notre classe n’avait la vocation religieuse. Le fait était rare : une rhétorique scandaleuse, disait le Bosse.




                                            Scapulaires

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire