" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

lundi 7 mai 2018

Stefan Zweig : " Amok " et autres nouvelles






Trois nouvelles :

«  Amok » : Sur un bateau, un homme écoute le récit d’un voyageur clandestin. Ce dernier était médecin en Malaisie. Un jour, il refusa de venir en aide à une dame (avortement). Ce fait déclencha chez lui amour, passion et folie.
Je n’ai pas du tout compati à cette triste histoire bien ennuyeuse.

« Lettre d’une inconnue »,  que j’ai zappé. J’en ai (un peu) mon compte de toutes ces histoires d’amour (j’crois que j’ fais une allergie sévère, là)

« La ruelle au clair de lune » : en attendant son bateau, un voyageur pénètre dans une ruelle d’un port. Il assiste au spectacle navrant d’un couple qui se déchire.
Misère !

( Tout cela confirme bien ce que je pense depuis un bon bout de temps : le sentiment amoureux, pire encore celui de la passion , relèvent de la psychiatrie car il s’agit là tout bonnement d’une maladie mentale grave).

Zut ! Mon admiration pour Stefan Zweig en a pris un coup.

Extrait :

-  Amok chez les Maltais, c’est de l’ivresse, de la folie, une sorte de rage humaine. (…) Un Maltais, n’importe quel brave homme plein de douceur … et soudain il bondit, saisit son poignard et se précipite dans la rue … il court droit devant lui, sans savoir où, (…) il tue avec son poignard, il court sans rien voir et continue de tuer tout ce qu’il rencontre … jusqu’à ce qu’on l’abatte comme un chien enragé.
 (P.S. : ce n’est pas sans rappeler les attentats terroristes que nous avons connu voilà peu.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire