" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

lundi 5 mars 2018

Quelques souvenirs de la guerre '40 à Beho, par Philippe Lejeune



                                       " Aux quatre chemins " à Beho


                                                  Fanfare de Beho

C’est lors du pastorat du curé Muller qu’ont eu lieu l’annexion de la commune de Beho, à l’exception de la section de Commanster, au territoire du troisième Reich. Pour annoncer cette nouvelle, une réunion obligatoire s’y tint le 15 août 1940, chez Schüz. Tout le monde avait dû y assister sous l’injonction de la gendarmerie. Déjà le 3 août, le curé avait été convoqué à la Gestapo de Saint-Vith pour se voir interdire d’encore citer le roi et la reine dans la commémoration aux morts. La veille du 15 août, deux membres de la Gestapo de Malmedy vinrent interdire l’emploi de toute autre langue que l’allemand.
(…)
La nouvelle frontière fut la limite communale Beho-Limerlé et, en septembre 1940, les maisons Schmitz-Marcour, Collin et Busch furent rattachées à Beho. Le 31 mai 1940 avait lieu l’installation de la douane allemande «  aux quatre chemins » où l’on plaça un bureau en bois. Les deux maisons d’école et la maison de Joseph Reisch servirent de centre, ainsi que la maison d’en face. Le 4 mars 1943, la gosse cloche de l’église fut emmenée à Saint-Vith pour une destination inconnue. Elle fut ramenée le 20 avril 1947.
(…)
Fin mai 1943, fut publié l’ordonnance ordonnant aux jeunes gens de rejoindre la Wehrmacht, mais une quinzaine de jeunes gens de Beho s’étaient déjà réfugiés en Belgique. A partir du 15 novembre 1943, les allemands organisèrent chaque mois une séance de cinéma au local Faber-Schûtz. Après le film, on montrait des reportages sur les victoires allemandes. Plusieurs familles de Beho n’ont jamais assisté à ces séances et n’ont jamais été inquiétées.


Extraits d’un article de Philippe Lejeune paru dans la revue «  Glain et Salm-Haute Ardenne », numéro 20, juin 1984


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire