" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

jeudi 1 mars 2018

Liège en 1868



                                        Liège en 1868


Inauguration de la statue de Charlemagne, Liège, 26 juillet 1868.


                                                 Charlemagne sol' boulvard d'Avroy




- « La Meuse », mercredi 22 janvier 1868
Dans l’intérêt de la salubrité publique, l’administration communale de Liége continue à faire remplacer les grilles de bouche d’égout qui laissent passer les miasmes par des siphons qui empêchent la diffusion des gaz délétères


- «  la Meuse », mercredi 29 juillet 1868
A propos de l’entretien des pompes et fontaines publiques qui occasionnent à la ville de Liège une dépense annuelle de 8.000 francs

- « La Meuse », jeudi 16 avril 1868
Les travaux de pose des conduites d’eau ont repris. On en est actuellement occupé à placer les tuyaux dans la rue du Pont d’Avroy



- Vendredi 19 juin 1868
Où l’on se moque, une fois de plus, de la statue de Charlemagne dont l’inauguration est reportée de date en date


- Vendredi 14 août 1868
Les rats de l’abattoir. Les rats et les souris forcés de déguerpir de la démolition du Palais. Des milliers de rats qui trouvaient journellement leur ration dans les déchets crient aujourd’hui famine et cherchent des compensations partout à la ronde. Les chats et les griffons du quartier sont sur les dents. On jette à la Meuse des quintaux de cadavres. On nous dit qu’un charcutier de notre ville, profondément attristé par ce gaspillage, vient de traiter avec les riverains pour se réserver la propriété exclusive de ce gibier. Grand Dieu ! Que va-t-il résulter de ce contrat … la sueur me perle.



- Vendredi 30 octobre 1868
Feuilleton de la Meuse. « Sac de Liége » par Charles-le-Téméraire



-  Samedi 21 novembre 1868
Bain à domicile organisé par les Bains et Lavoirs d’Outremeuse



- Samedi 21 novembre 1868
Cours de boxe et de chausson



Et tout particulièrement au quartier Sainte-Marguerite :


- «  La Meuse », lundi 13 janvier 1868
* Où il est question de neiges, de verglas, de glaces dans le quartier tout particulièrement au Mont-St-Martin, rue Agimont. Et l’on reparle du tunnel qui relierait le faubourg Ste-Marguerite au boulevard de la Sauvenière

 - « La Meuse », lundi 13 janvier 1868
Une vache, qui se promenait gravement dans les environs de Haut-Pré pendant la nuit dernière, a été arrêtée par le veilleur de nuit du quartier, qui a dû la garder en fourrière. On présume qu’elle se sera échappée de la station Haut-Pré et qu’elle appartient à quelque marchand-boucher



- « Vendredi 28 février 1868
Réclame pour la teinturerie H. Lutaster-Croisier



- Samedi 14 mars 1868
Avis aux propriétaires d’action de la S.A. des Charbonnages de Bonne-Fin



- Jeudi 19 mars 1868
Et toujours le fameux tunnel qui reliera le Mont-St-Martin au boulevard de la Sauvenière

- Samedi 11 avril 1868
Une dame de notre ville qui déjà, en maintes circonstances, a donné des preuves de son dévouement à la cause populaire, vient encore d’acquérir, au-dessus de la rue Hocheporte, tout un hectare de terrain pour y faire construire des maisons ouvrières



- Dimanche 10 mai 1868
Vente de l’ancien couvent Ste-Claire, place Ste-Claire au quartier de l’Ouest

-  Samedi 18 juillet 1868
C’est dimanche la fête de la paroisse de Sainte-Marguerite, un des plus joyeux faubourg de notre vieille cité liégeoise.
 Nous apprenons qu’une pétition favorable au tunnel qui relierait le quartier de l’Ouest à ceux du Centre et du Sud a été déposée au Conseil communal


Un autre article explique le bienfondé de la construction du fameux tunnel :
« La Meuse » le 21 juillet 1868
« Pour arriver dans le quartier du Centre et du Sud et aux bassins, c’est-à-dire à la naissance des boulevards d’Avroy et de la Sauvenière, une voiture, partant de Saint-Séverin, doit faire actuellement 1.550 mètres de parcours par des chemins encombrés et tortueux, tandis qu’elle ne devra parcourir que 750 mètres par le tunnel. Quant au piéton, il est obligé de contourner la montagne en faisant un parcours de 1.200 mètres ou d’escalader une butte de 44 mètres de hauteur sur un escalier de 220 marches, tandis que par le trajet projeté, il suivra presqu’un parcours horizontal.
(…)
Une autre raison non moins décisive vient s’ajouter à ces considérations. L’établissement de la station centrale (soit la gare du Palais),  provoquant sur la place Notger un énorme mouvement de voitures de tous genres, produira infailliblement un grand encombrement avec les 2.000 voitures qui descendent journellement de Ste-Marguerite, Ste-Walburge et St-Laurent ou remontent vers ces localités et qui ne changent d’itinéraire qu’en bas de la rue de Bruxelles.
(…)
Le capital de la construction du tunnel s’élève à 523.000 francs.



 - Vendredi 14 août
Accord pour le tunnel

-  Mercredi 12 août 1868
Le pain de ménage se vend 37 centimes chez Bronckaert, faubourg Ste-Marguerite, 16 ; chez Moser même faubourg, 66 ; chez S.J. Goffin, même faubourg, 72. Tous les autres boulangers de la ville vendent cette même quantité de pain 38, 39, 40 centimes.

- Lundi 26 octobre 1868
Les vignobles de Liége. Ce titre est fait pour amener le sourire sur les lèvres d’un Français qui, par hasard, tomberait sur ce journal. (…)  On sait que les vignobles de Liége sont comptés parmi les plus septentrionaux. (…) La colline de St-Martin était, jadis, couverte de vignobles



Merci au journal «  La Meuse » !
Merci à la bibliothèque Ulysse Capitaine, en Féronstrée à Liège !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire