" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

vendredi 2 mars 2018

Les plaisirs enfantins à Mont-le-Ban et à Gouvy




Les enfantines sont toutes formulettes, rimailles, des chansons, soit des adultes pour les enfants, soit des enfants entre eux-mêmes.
Un enfantine en wallon , c’est un rimé, un règomè, un râvion, une ritoûrnioule, une fâriote.
Les risettes sont des formules dites par des adultes et grâce auxquelles l’enfant va à la découverte de son corps.

Gros deût, gros doigt
Long deût, long doigt
Wè va’s ? , où vas-tu ?
Al tiesse, à la tête
Cwè fé ? , que faire ?
Kèri on ‘ deût, chercher un doigt
Lu kèk ? , lequel ?
Lu p’tit , le petit
W’è-st-î ? , où est-il ?
Vo-l’ci, vo-l’ci , le voici, le voici.

°°°°°°°°°°°°°°°°°
Orèye du tchèt ; orèye du bâdet ; zoûzouyes ; tire lu binète ( en poussant avec l’index sur le ventre de l’enfant, sur le derière)

Variante à Gouvy.
Ma marraine, Marie-Thérèse Catin, qui tenait un magasin de mercerie et de vêtements juste en face de l’école Saint-Thérèse, me récitait, du temps où j’étais bambin ( oui, da ! je fus un bambin, tout comme vous, même si cela peut paraître improbable …) :

Orèye du tchèt ( oreille du chat) ( en tirant doucement sur le lobe de l’oreille gauche)
Orèye du bâdet ( oreille de l’âne) ( en tirant sur le lobe de l’oreille droite)
Tchic la robinette ! ( en plaçant l’index sur le nez)
( et j’éclatais de rire en disant : encore, encore …)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
A cabaye sur le ch’val de mon papa,
Quand il court, il fait des pets,
Quand il rote, il fait des trotes.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Je me promène dans le bois,
Pendant que le loup n’y est pas.
Loup es-tu là ? Oui, je suis là 
Que fais-tu là ? Je coupe du bois
Pourquoi ce bois ? Pour faire du feu
Pourquoi ce feu ?  Pour chauffer d’l’eau
Pourquoi chauffer d’l’eau ? Pour me laver les bas
Pourquoi laver tes bas ? Pour aller à Liège
Pourquoi aller à Liège ? Pour acheter des couteaux
Pourquoi acheter des couteaux ? Pour couper la tête à tous les p’tits agneaux.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Lu tchète ki danse
Sol balance da m’matante Ortense
Apougnans-l’po l’cawe
Et mi po l’panse
Et dju l’min’rans sol route dul France
Op’la !

Le chat qui danse
Sur la balance de ma tante Hortense
Empoignons-le par la queue
Et moi par la panse
Et nous le conduirons sur la route de France
Hop là !

Extraits d’un long article paru dans la revue «  Glain et Salm - Haute Ardenne », numéro 19, décembre 1983


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

En bonus : «  Dors mon p’tit Quinquin » (spécialement pour Dany) :



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire