" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

vendredi 23 mars 2018

" Amon-nos-autes ", le journal clandestin durant la seconde guerre



                                             Cliquez sur les images !

Amon nos-autes est un journal hebdomadaire clandestin fondé à Liège au début de janvier 1941.
Amon nos-Autes qui fait référence à une expression wallonne signifiant "chez nous" a été fondé dès les premiers jours de 1941. Le service d'impression fonctionnait depuis 1940 pour la reproduction d'autres journaux et de tracts clandestins.

Louise Haye, Marie-Louise Breeur, René Slootmackers, Jean Humblet, Eugène Beauduin et Félix Feron ont participé à la fondation de ce journal. Le premier numéro, tiré à 500 exemplaires, est daté du 7 février 1941.

Trois équipes se succèdent. La première équipe fonctionne de début janvier à mars 1941. Sur dénonciation de Coenen, un rexiste, l'irruption le 24 mars 1941 de la Gestapo dans le local où se faisait l'impression met fin à l'activité de la première équipe. Le personnel de l'impression et une partie du personnel de la distribution sont arrêtés : Louise Haye, Marie-Louise Breeur, René Slootmackers, Jean Humblet, Léopold Guy, Henri Hoybergen, Hélène Hoybergen, Léon Julsonnet, Adolphe Burhenne, Jeanne Delwaide et Simone Fréchier. Après les premiers interrogatoires, Félix Feron est arrêté le 1er avril, au domicile familial. Lily Lafnet est arrêté le même jour, Jeanne Wathar le 5 avril et Marguerite Lang le 9 avril.
La deuxième équipe est mise en place par Eugène Beauduin. Il avait été convenu qu'au cas où des collaborateurs d'Amon nos-Autes étaient arrêtés par la police allemande, les autres membres de l'organisation continueraient à faire paraître la gazette clandestine de manière à disculper les personnes incarcérées. La campagne menée contre les traitres du journal collaborationniste La Légia redouble d'ardeur. Après le troisième numéro, la situation s'avérait périlleuse. La deuxième équipe se mit donc au service d'un autre journal clandestin Le Courrier de la Meuse, auquel Jean Delville collaborait et servit d'agent de liaison.
La troisième équipe, groupée autour de Dieudonné Boverie, débute en juillet 1941. En janvier 1943, elle s'intègre à une organisation à plus grand rendement.




                                           Janvier 1942

                                                            Cliquez sur les images !



                                         Rétrospective et prévisions


                                           Lettre de Russie


                                               Amon-nos-autes, février 1942


                                                Seuls les traîtres ont le droit de manger !


                                            Comment on accueille les ouvriers belges en Allemagne


  Merci au centre de documentation de la Vie Wallonne, Cour de Mineurs à Liège

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire