" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

samedi 17 février 2018

Stefan Zweig : " Le bouquiniste Mendel "





Surpris par une averse, un homme se réfugie dans un café de Vienne. Il se souvient d’un bouquiniste qu’il a connu jadis - mais qu’il a honteusement occulté de sa mémoire-. Son nom était Mendel et officiait dans ce café. Il était doué d’une mémoire encyclopédique, entièrement dévoué à sa profession, faisant référence parmi les sommités des intellectuels de son temps. Jusqu’au jour, durant la guerre 14-18, où Mendel est arrêté : il sans doute, Juif, en tout cas Russe, donc ennemi de l’Autriche. Il est même soupçonné d’être un espion ce qui est bien entendu archi-faux. Notre homme ne survivra pas aux sévices subis dans les camps de concentration.

Un bijou dans son genre !


Extraits :

- A quoi bon vivre, si le vent sur nos talons efface toute trace de notre passage ?

-  J’avais oublié le bouquiniste Mendel pendant des années, moi qui sais bien, pourtant, qu’on ne fait les livres que pour unir les hommes par-delà la mort et nous défendre aussi contre les adversaires les plus implacables de toute vie : l’évanescence et l’oubli.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire