" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

lundi 26 février 2018

Armel Job : " Le commandant Bill "





10 mai 1940. Un avion de reconnaissance allemand s’écrase non loin d’un hameau de l’Ardenne belge, Boisferté (nom d’emprunt). Werner, le pilote rescapé mais blessé, est emmené par les villageois et caché dans une grange. C’est principalement Louisa Malempré et Eva qui sont chargées de nourrir et de vêtir ce « prisonnier » … qui devient vite encombrant. Cadet, le frère de Louisa, déserteur de l’armée belge en déroute, veut en finir une fois pour toute avec ce salopard de Werner.

Mais qui est donc ce commandant Bill ? Vous le saurez en lisant ce livre remarquable et palpitant de notre écrivain ardennais préféré. Sachez juste qu’il revêt plusieurs identités …

Extraits :


-  * « -Fais-moi plutôt des œufs, va ! »
Elle cassa deux œufs dans la poêle avec une cuiller de saindoux et deux tranches de lard. C’était le repas du matin de tous les hommes de Boisferté, sans lequel ils n’auraient pas pu travailler.

*  Elle lui tendait simplement la joue. Cadet y déposait un baiser sec. C’est ce qui était digne pour les mères lorsque leurs garçons devenaient des hommes.

* Car Eva, en tant que sage-femme, avait l’œil sur toutes les âmes de Boisferté. (…) Elle gouvernait les flux de la vie. Elle expliquait aux femmes comment régler à leur guise la vigueur des hommes. Tous, devant elle, baissaient les yeux ; ils savaient qu’elle n’ignorait rien de leurs petites manies.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire