" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

jeudi 25 janvier 2018

André-Joseph Dubois : " Quand j'étais mort "



C’est l’histoire de AJD,  un écrivain liégeois assez méconnu.
C’est l’histoire de Cyril Robin, lauréat du prix Goncourt qui se réfugie à Liège.
C’est l’histoire de Zerna, une jeune sicilienne émigrée à Liège.
C’est l’histoire d’un resto italien, L’Altro Mundo, place Delcour en Outremeuse.
C’est l’histoire d’un peu tout cela. L’action se déroule de nos jours.

Un bon roman qui se lit agréablement et qui contient quelques excellentes réflexions comme celles reprises ci- dessous.

Extraits :

-  « Pourriez-vous donner le nom d’une multinationale brésilienne ? Difficile, non ? Plus encore que de nommer un Belge célèbre. » The Economist, 21 septembre 2000.
- Elle a la taille, le gabarit, les membres d’un gamin de douze ans ; aucune poitrine perceptible ; des cheveux bruns et drus taillés très court. Bon sang, pense AJD, comment un corps aussi étriqué peut-il contenir tous les organes nécessaire à la vie ?

- Les écrivains sont ainsi : le seul interlocuteur qui compte, c’est eux-mêmes.

- A l’époque mérovingienne, nos belles campagnes devaient ressembler à la Lybie ou à la Syrie d’aujourd’hui en plus verdoyant : un immense jeu de massacre de Tournai à Strasbourg. Dans cet océan de barbarie émergeaient quelques îlots de quiétude, des monastères où on lisait saint Jérôme en boucle pour oublier les duretés du temps.


-  Si les Liégeois parlent indiscutablement le français, la plupart le font avec un accent agricole ; c’est comme une pesante charrue qui labourent leurs phrases en profondeur, fait remonter une puissante odeur de glèbe et ramène au jour des sons, des tournures ou des mots oubliés depuis des siècles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire