" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

lundi 4 décembre 2017

Stéphanie Kalfon : " Les parapluies d'Erik Satie "




Ce livre, qualifié d’ailleurs de roman, n’est pas vraiment une biographie dans le sens où on l’entend d’habitude. C’est plutôt des impressions à vif, à chaud, sur le musicien tourmenté  que fut Erik Satie tout simplement parce qu’il était « trop jeune pour une époque trop vieille », montré du doigt par ses contemporains, gagné par la pauvreté, la solitude, l’alcool.

Extraits :

- (Juste après le décès d’Erik Satie, Jean Wiener écrit)
  « C’était tragique, absolument tragique. Au deuxième étage, il y avait un w.c. tout à fait public et tout à fait indiscret, et il y avait cette porte qui était la sienne. Nous avons forcé cette porte et nous sommes entrés dans une chambre misérable. Il y avait un lit en fer sur lequel il y avait des couvertures de la SNCE, pas de draps, et partout une poussière absolument extraordinaire. Nous avons eu l’impression d’étouffer et avons essayé d’ouvrir la fenêtre mais nous n’avons pas pu y arriver parce qu’il y avait des années de poussière qui la bloquaient. Nous avons regardé un peu partout, et nous avons été saisis par la pauvreté, la misère de cet antre. C’était tellement énorme que ce n’était plus de la saleté, on avait l’impression d’être dans une immense toile d’araignée. »


-  Ici demeure Erik Satie que l’on prit pour un fou, un misérable, un fumiste, un analphabète musical, un fantaisiste, un raté, un aigri, un maniaque, un ivrogne, un clown, un paranoïaque et oui, certainement qu’il fut tout cela à la fois. Mais si on prend le temps de se pencher sur la ligne de sa vie, sa portée, tout ce que l’on distingue, c’est du jazz. La vie de Satie n’a été qu’un zigzag, un croisement de blues et de ragtime, un mélange de spleen, de fête, d’enthousiasme, de déception, de crises et de défaites.

°°°°°°°°°°°°°°°°°

En bonus :
- Interview de Stéphanie Kalfon :

- Gymnopédies et Gnossiennes :
https://www.youtube.com/watch?v=1vOqioq6ilE

( en mémoire de Gonzague Saint-Bris dans " La ligne est ouverte " )


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire