" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

lundi 27 novembre 2017

Eric-Emmanuel Schmitt : " La rêveuse d'Ostende "




Cinq nouvelles brillantes :

- « La rêveuse d’Ostende » : Emma van A, la vieille dame qui héberge quelques temps un écrivain, n’a jamais été mariée. Qui aurait pu penser qu’elle cachait, toutefois, un grand amour. Mais était-ce vraiment la réalité ou s’agit-il d’une mythomane ? ***

- « Crime parfait » : Gabrielle tue son mari lors d’une promenade dans les Alpes. Tout cela parce qu’elle s’est montée le bourrichon, influencée par une amie. ***

- « La guérison » : la relation amoureuse d’une infirmière et d’un patient aveugle et moribond.

- « Les mauvaises lectures » : de l’influence néfaste de la lecture de Best Sellers sur des natures sensibles. Trop drôle ! ***

- «  La femme au bouquet » : mais qui était donc vraiment cette personne qui a attendu inlassablement pendant de nombreuses années sur le quai 3 de la gare de Zurich la femme au bouquet ?


Extrait :

*  - Excusez-la, monsieur, ma nièce ne sait pas vouvoyer. En néerlandais, voyez-vous, on n’emploie que le tutoiement.
    - Dommage de se priver d’un tel plaisir, sauter du tu au vous.
    - Le plus grand plaisir serait d’user d’une langue où n’existe que le vous, non ?

*  - Tu n’as jamais lu Chris Black ? C’est vrai que tu ne lis pas de romans. Ecoute, c’est extraordinaire. Ça se dévore d’une traite, tu salives à chaque page, tu ne peux pas lâcher le livre avant de l’avoir fini.
Maurice remarqua que Sylvie parlait de ce livre comme d’un plat.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire