" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

vendredi 21 juillet 2017

Marguerite Duras : " Moderato cantablile "




Anne Desbaresdes a assisté par hasard à un crime passionnel dans un café du port, pendant que son petit garçon prenait sa leçon de piano donnée par mademoiselle Giraud, professeur sévère, froide, cinglante. Madame Desbaresdes ira à plusieurs reprises dans ce café et elle y interroge un homme, M. Chauvin, qu’elle retrouve chaque fois.
Un court roman – à peine cent pages- , mais comme le disait un critique « ce récit à des prolongements de roman-fleuve ». Ou encore «  ce récit nous rend sensibles notre propre solitude et notre inanité. »

A plus que conseiller !

Extraits :

- ( madame Desbaresdes s’adressant à son fils)
       Ma petite honte, mon trésor, dit-elle tout bas.

-  C’est curieux, les enfants finiraient par vous faire devenir méchants.

- Ils n’ont pas demandé à vivre, dit la mère, et voilà qu’on leur apprend le piano en plus, que voulez-vous.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

En bonus :
- La lecture du début du roman :

- A propos du film qui en été tourné, avec, en interview , Marguerite Duras, Jeanne Moreau :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire