" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

samedi 15 juillet 2017



A 71 ans, Jean de La Fontaine (1621-1695) décide de se confesser auprès d’un abbé. Décision on ne peut plus étrange car notre homme était plutôt du genre mécréant (athée ou agnostique étant des termes guère (ou pas) utilisés à l’époque). Et, grâce à Gilles de Becdelièvre, on en apprend de belles sur le fabuliste français le plus connu.  Ainsi, notre mécréant était coureur de jupons, «  fornicateur », libertin, épicurien, buveur,  grand paresseux devant l’Eternel, … Jean passe et des meilleurs …

Excellent roman qui nous tient en haleine. A pointer en annexe, quelques considérations hautement révélatrices sur les mœurs de l’époque placées sous le signe de l’hypocrisie et des coups vaches.


Extraits :

- Quand on s’est empressé à mon entour afin de prendre de mes nouvelles
    « Marié depuis peu, content ? » -, je répondais : « Je n’en sais rien. »

-  Un beau matin
   Trouvant Catin
   Toute seulette,
   Prit son tétin
   De blanc satin.
   (… )
    Ami lecteur qui ceci voit
   Ton serviteur qui Jean se nomme
   Dira le reste une autre fois.
       ( Janot et Catin – conte)

-  Jean s’en alla comme il était venu
   Mangea le fonds avec le revenu,
   Tint les trésors chose peu nécessaire.
   Quant à son temps, bien sut le dispenser :
   Deux parts en fit, dont il voulait passer,
   L’un à dormir et l’autre à ne rien faire.

                                Epitaphe de Jean de la Fontaine


- ( à propos d’un certain monsieur Chapelle)
Un jour, que je lui demandais de se joindre à nous, Chapelle me répondit : «  Non, pas aujourd’hui, c’est mon jour de bordel ! »

- ( en annexe, à propos de l’hygiène)
  *  Pourquoi les portraits ne sont-ils jamais souriants ? Une mode ? Rien de tout cela, la plupart des célébrités, qui posent derrière le chevalet d’un Largillière, d’un Le Brun ou d’un Mignard ont une dentition calamiteuse.

   * L’hygiène du corps est détestable. «  Prendre un bain » est une notion quasiment inexistante. En effet, l’eau est considérée dangereuse : elle véhicule des «  humeurs » et s’infiltre par les pores de la peau. C’est pourquoi on attrape toutes sortes de maladies dans les bains.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire