" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

lundi 3 avril 2017

L'abbé Célestin Guillaume - Courtil 1868-1944



                                                Eglise de Courtil

«  L’abbé Célestin Guillaume naquit à Courtil-Bovigny en 1868. Il en imposait par sa haute stature mais surtout par son savoir. De souche terrienne, il était de race, et, dès lors, à même de comprendre le paysan, de s’intéresser à sa vie, de parler son langage, et de garder avec lui un contact sans effort. (…)

Le curé est un homme qui a fait des études. Il est donc instruit et de plus, c’est un philosophe et un théologien. Mais cette supériorité, il ne le fit jamais sentir à ses paroissiens. Très affable et très complaisant, il n’est nullement rigoriste et moins encore janséniste, il avait les idées larges. L’abbé Guillaume fut curé à Grandménil. Il était toujours original, amusant même quand il était profond, et ce sans avoir l’air. En vrai ardennais « ergoté » et matois, sa conversation ne manquait ni de piment, ni de saveur. Il était même farceur. Voici une de ses meilleures farces.

La première année de son pastorat à Grandménil, désirant savoir comment ses nouveaux paroissiens se comportaient à la « grande fête », il s’affubla, le soir venu, d’un caban avec capuchon et gagna le café Bosman. Là, dans la pénombre, il accosta Alphonse D. se faisant passer pour une jeune fille d’un village voisin, il proposa de faire une promenade aller et retour à Manhay. Chemin faisant, il se fit raconter en détails comment les Grandménilois fêtaient leur patron saint Maurice. Revenus à l’endroit où ils étaient partis, que ne furent pas l’étonnement et la confusion d’Alphonse D. quand l’abbé Guillaume lui dit que la promenade nocturne avait été faite en compagnie de son curé. En agissant de la sorte, le nouveau curé avait de la matière pour ses sermons de plusieurs dimanches.

L’abbé Célestin Guillaume a publié :
- «  Le Monde des Esprits » ( Paris 1910 )
- « L’Ardenne satanique » ( Walcourt 1915 )
- «  Nos camarades et nos trépassés » ( Tamine 1910 )
- «  Donnée générales de l’histoire et de la toponymie appliquée à notre Luxembourg-Nord » ( Arlon 1914 )
- «  Hubert-Joseph Debra, curé de Bovigny et son école latine 1834-1878 ( Namur 1926 )
- «  Au bord de la Salm : description toponymique » ( Namur 1935 )

Après avoir été curé de Burtonville-Vielsalm jusqu’en 1930, l’abbé Guillaume a la charge du vicariat de Courtil. C’est là qu’il mourut en 1944 (le 28 janvier), lors de l’offensive von Rundstedt, après avoir été maltraité par la soldatesque allemande. »

                                                             A. Jacoby
                                          «  Figures du temps passé

                                               – les curés que j’ai connus »


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire