" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

dimanche 29 janvier 2017

Armel Job : " La femme manquée "



Charles, trente-cinq ans, possède une belle ferme à Sarteau en Ardenne. Un beau jour, il décide qu’il est ( grand ) temps de prendre femme. Il s’adresse à Evariste, le clerc de notaire du coin afin de rédiger une annonce matrimoniale. Et ça marche. Opportune, une belle fille des îles, est l’heureuse élue. Mais pas pour longtemps puisqu’elle décède le jour de ses noces.

Un excellent roman qui dénonce le racisme ordinaire. Il n’y plus qu’à en prendre de la graine…


Extraits :

-  Deux filles déboulent sur scène. La première est déguisée en paysan, cigarillo aux lèvres et fourche à la main. C’est Paulette, une dessalée qui connaît de l’intérieur toutes les meules de foin des environs.

 -  Mais il faut croire qu’il y a des gens nés pour le ridicule. Quoi qu’ils fassent, le comique les rattrape. Ils ont l’innocence si crue ou le cœur si pur qu’on en peut les supporter qu’en riant.


-  Il est vrai que l’homme qui aime est risible d’une façon ou d’une autre et tous les Anciens réunis n’y pourraient rien changer. Il lui vient des attendrissements puérils, il débite solennellement des niaiseries. Heureusement que l’amour lui ferme les yeux. Quand il les rouvre, il est en général si confus qu’il passe le reste de sa vie à faire payer son humiliation à l’objet de ses transports.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire