" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

vendredi 9 décembre 2016

Eric-Emmanuel Schmitt : " La part de l'autre "




Voici un grand roman. Tant par son thème, sa tenue, son style que par le nombre de pages (pas loin de 500).
 Au début du 20 ème siècle, Hitler était un jeune étudiant-peintre viennois. Par deux fois, il se fit recaler à l’académie. Que serait-il advenu s’il avait été accepté ? Peut-être un peintre «surréaliste » comme l’est cet Adolf H. du roman. Son pendant étant : Adolf Hitler, celui que nous avons dû subir. Ces deux «  alter égo » sont dépeints tout au long de «  La part de l’autre ». E.E. Schmitt alterne ces deux-là toutes les 3 ou 4 pages. Il les réduit, avec brio, à des personnages de roman, presque à deux pantins. Comme pour les exorciser …

Etranges ces personnages en commun , les deux amis connus durant la guerre 14-18 , Bernstein et Neumann, qui connaitront des sorts différents.
Adolf H., le peintre parisien, s’éprend d’un grand amour, une jolie fille surnommée « Onze-heures-trente ». Adolphe Hitler, l’apprenti dictateur, tombe sous le charme des maitresses comme Mimi, sa nièce Géli et Eva Braun.

Saviez-vous qu’Adolf H. ne peint plus, qu’il est juste professeur de dessin et qu’il a deux enfants : Rembrandt et Sophie ?
«  Le valet parti, Hitler se déshabilla et, malgré lui, se surprit nu dans la glace. Il se sourit. Voilà devant quoi le monde tremblait ! C’était grotesque ! Le monde entier était grotesque ! »


Du grandiose !



Extraits :

- Le jeune Adolf H. venait de franchir une étape essentielle sans lequel il n’y a pas d’artiste : il se prenait définitivement pour le centre du monde.

- Tel est le cercle vicieux des égocentriques : leur égo demande tant qu’ils finissent par avoir besoin d’autrui. Ce doit être épuisant. Il vaut mieux n’être qu’un simple égoïste.

- J’admets la part de l’autre dans la constitution de mon destin.


- Peindre des œuvres qu’il n’apprécie pas forcément, c’est là le lot de tout peintre. Un artiste aime faire ce qu’il fait, et non pas l’avoir fait.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire