" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

lundi 6 juin 2016

Georges Simenon : " Maigret se fâche "





Alors qu’il est calmement dans sa maison de retraite à Meung –sur-Loire en compagnie de son épouse, Maigret reçoit la visite d’une femme de plus de 80 ans, madame Bernadette Amorelle qui accuse son beau-fils, Ernest Malik,  d’avoir assassiné une jeune nièce. Ce Malik n’est pas inconnu de Maigret puisqu’ils furent, jadis,  compagnons d’étude, cependant il n’en a pas conservé un souvenir agréable. Et voilà comment notre bon commissaire reprend du service (c’est plus fort que lui).

Une sordide affaire de famille. Se lit agréablement.


Extrait :


-  Pour entretenir sa mauvaise humeur, il fit arrêter le taxi devant un bistro, mal éclairé, dans Corbeil, et il commanda deux verres de marc, un pour le chauffeur, l’autre pour lui. L’âpre goût de l’alcool lui serra le fond de la gorge et il pensa que cette enquête s’était faite «  sous le signe » du marc. Pourquoi ? Pur hasard. C’était sans doute la boisson qu’il aimait le moins. D’ailleurs, il y avait aussi l’écœurant kummel de la vieille Jeanne et ce souvenir-là, ce tête-à-tête avec la vielle, alcoolique et bouffie, lui donnait encore le haut-le-cœur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire