" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

jeudi 24 mars 2016

Fabrice Luchini : " Comédie française "



Pour parodier le titre d’un tableau de Magritte, on peut dire : «  Ceci n’est pas une biographie ». Ni une autobiographie. Si Fabrice Luchini évoque, ça et là, une fine tranche de sa vie, privée ou publique, cela ne se résume jamais qu’à sorte de flash,  une impression du moment de sa vie d’acteur, de récitant. L’homme préfère de loin mettre en avant ceux qu’il adule : Céline, La Fontaine, Molière, Rimbaud, Barthes, Muray, Nietzsche, Flaubert, Cioran, Rohmer … Eh oui, (parfois) Luchini peut être modeste, donnant la préférence à s’effacer devant  plus «  énorme » que lui. Donc, si vous voulez connaître son côté «  people », veuillez-vous tourner vers les médias : télé, vidéos sur le web, radio.
Ici, c’est du lourd, du très lourd même parfois ; donc cool : il convient de prendre ce qu’il y a à prendre ( ou à comprendre) …



Extraits :


- Sous quel astre, bon Dieu, faut –il que je sois né,
  Pour être de fâcheux toujours assassiné !
  Il semble que partout le sort me les adresse,
  Je n’en vois, chaque jour, quelque nouvelle espèce,
  Mais il n’est rien d’égal au fâcheux d’aujourd’hui.

                         Molière : «  Les fâcheux »

- On cherche ce qu’il dit après qu’il a parlé

                          Molière : «  Les femmes savants »

- L’art de fréquenter les humains repose essentiellement sur l’adresse avec laquelle on est capable d’accepter et de déglutir un repas dont la cuisine n’inspire aucune confiance. Si l’on arrive à table avec une faim de loup, tout va bien (…), mais on n’a pas cette fringale quand on veut ! Que le prochain, hélas, est dur à digérer.

                          Nietzsche

°°°°°°°°°°°°°°°
En bonus, « le voyage au bout de la nuit », de Céline interprété par Fabrice Luchini :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire