" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

mercredi 17 février 2016

François Mauriac : " Le sagouin "





« C’est ce que sa mère lui répète chaque jour : tu es vilain, sale et bête, un sagouin. Et qu’était-il encore ? qu’avait dit sa mère tout à l’heure ; ce mot qui avait été comme une pierre que papa eût reçue dans la poitrine. Il chercha et ne trouva que :  régénéré . C’était un mot qui ressemblait à : régénéré.»
Le jeune Guillaume a déjà été renvoyé de deux institutions. Maintenant, même l’instituteur du village, un ancien de Verdun, pressé par son épouse il faut le dire, ne veut ou ne peut plus s’en occuper . Paule, sa mère, le déteste, le houspille à longueur de journée. Heureusement, pour le sagouin, il est tout de même un peu aimé et défendu par sa grand-mère, son père et la domestique. Mais cette histoire se terminera mal.

Un classique, comme dit,  qu’il est bon de relire loin des contraintes scolaires.



Extraits :


-  Comme on dit « faire l’amour », il faudrait pouvoir dire » faire la haine ».

-  Tu m’as expliqué ce qui distinguait les hommes : il y a ceux qui peuvent toujours et ceux qui ne peuvent pas toujours.


-  Elle avait cette tête horrible des vieux quand ils se réveillent, et qu’ils ne sont pas encore lavés, et que leurs dents grises enchâssées dans du rose emplissent un verre à leur chevet.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire