" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

mardi 5 janvier 2016

Nicolas Ancion : " L'homme qui refusait de mourir "




«  Alex Vidal s’éveille en sueur. Il a rêvé que des robots le disséquaient sur une table d’opération. Ce cauchemar semble avoir un rapport avec la longévité hors du commun de son arrière-grand-mère. Pour en avoir le cœur net, Vidal file à son chevet de l’autre côté de la ville. Il est loin de se douter dans quelle terrible machination il est en train de mettre les pieds. »

Un bouquin qui fait, si pas réfléchir, en tout cas rêver à ce que pourrait être l’ultime finalité de l’homme dans l’univers. Si on sait que, dans l’être humain, 99,99999999 % est tout juste bon à jeter, que reste- t-il de vraiment utile en lui en ce qui concerne la vie dans l’univers si l’on se projette sur des dizaines, des centaines de siècles à venir ? Une piste à chercher peut-être dans ce qui suit :

Extraits :


- Je vous propose d’être le premier humain à se réincarner de son vivant.

-  Les gens croient qu’on construit des fusées pour aller sur la lune, alors qu’en réalité, nous ne sommes sur terre que pour envoyer des fusées et des robots sur les autres planètes.

-  Le plus grand exploit de l’homme aura été d’exporter des bactéries terrestres dans les autres planètes du système solaire.

-  On peut vider le système digestif, le racler, le truffer d’antibiotiques, en quelques semaines à peine, la population bactérienne est de retour, quasiment semblable à celle que l’on avait éradiquée.


-  Tu te dis que les animaux sont mieux armés que toi pour vieillir et laisser d’autres prendre leur place : ils ne se croient pas uniques, ils ne pensent pas être indispensables. Ils ne sont pas hantés par l’envie d’être toujours le premier et le plus puissant. Ils sont en vie, c’est tout. Il y a des jours où tu aimerais pouvoir en dire autant.


°°°°
Ce livre est agrémenté de plusieurs illustrations signées Patrice Killofer




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire