" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

jeudi 3 décembre 2015

Louis Chalon : " De bien curieux paroissiens"




A travers quelques anecdotes croutillyantes, le portrait de quelques Liégeois du cru. Ou plutôt de Herstaliens ( habitants de la ville de Herstal). D’abord, un certain Pirette, 75 ans passés, qui fut pendant 45 ans concierge dans une école pour jeunes filles. A c’t’heure, il est veuf. Sa moitié, Pélagie, était une maîtresse femme et cela marchait droit dans le ménage à tel point que le Pirette a hérité d’un surnom : le caniche. Et puis du côté de ces dames, il y a madame Lumeçon, la laide Poldine ( qui passe son temps à médire et à envoyer des lettres anonymes), Bertine d’à Polyte, des deux filles de chez Surâle, la petite Mèlie de chez Donné, Philomène-aux-gattes et encore d’autres.
A pointer tout particulièrement « Ma famille, rien que des ingrats », d’où ce que Pirette va rendre visite à son neveu Ernest qui est sur une ferme à Glons. Le tout en français, en liégeois et en wallon. Sans oublier ce racisme primaire ( et passablement odieux d’ailleurs) que l’on rencontre souvent dans les classes populaires et même parmi la classe moyenne.

C’est trop drôle, comme on dit aux jours d’aujourd’hui !

Louis Chalon est né à Liège en 1938. Romaniste, il fut chef des travaux et maître de conférence à l’université de Liège.



Extraits :

- «  - Comment donc que Charlemagne est né à Herstal. Vous n’êtes pas honteux de faire croire des boûdes pareilles à un enfant ? Charlemagne a venu au monde à Jupille. Comme moi. Et la preuve, c’est qu’il y a une rue Charlemagne à Jupille, derrière la brasserie Piedboeuf. »

-  Une côtelette ? Des frites ? que l’autre a dit en prenant un air que Saint Gilles l’Ewaré aurait eu l’air malin à côté d’elle. Nous ne sommes pas le Mardi Gras, savez-vous !

-  Et vous avez refusé de payer le curé pour une absoute. Refuser une absoute à notre pauvre matante ! C’est un peu comme si vous l’aviez voulu tenir sur le seuil du paradis.

- la maison aux cent mille briques ( surnom donné à la prison Saint-Léonard)

-  Zénobie, la plus vieille des filles de mon boy Bamboula, une grand cagnasse vicieuse comme pas deux, que je m’en servais une ou deux fois par semaine. Mais on a beau dire, les négresses, c’est comme le sucre candi : la première fois que vous en mettez dans votre café, vous trouvez que c’est bon parce que ça vous change de relui d’Oreye ; mais essayez de ne boire que ça pendant trois ans, vous finirez par gletter rien qu’en pesant à un beau blanc morceau de sucre.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire