" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

dimanche 25 octobre 2015

Interlude ...



«  Disgracieuse comme il n’est guère permis de l’être, la passerelle Saucy devient élégante et gracile sous le crayon de Claudine Rassart et la Grande Poste de Liège oublie qu’elle est en gothique de contrebande. »




«  Lambert à la jambe de bois » ou «  Le sot Lambert », illustré par Louis Moreels, un aquafortiste qui fixa, vers 1891, les traits des figures les plus typiques de la Cité Ardente.

« Lambert à la jambe de bois » assurait sa subsistance en allant, de cave en cave, découper du bois de chauffage. On le trouvait en fonction au coin de la rue de Bex et Léopold. Avec sa hache à l’épaule, la barbe et le tablier de cuir, on l’eût pris pour un sapeur du Premier Empire. Lors des parades militaires, Lambert suivait le corps de musique en jouant du bâton mieux qu’un tambour-major.

                                                          Source : L'Avenir du Luxembourg, 1979 / 1980

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire