" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

dimanche 25 octobre 2015

Georges Simenon : " Le coup de vague "




Jean vit dans un village près de La Rochelle avec ses tantes, Hortense et Emilie, qui gèrent un commerce de moules. Le jeune homme s’éprend de Marthe qui attend bien vite un enfant. Comme la jeune femme est de santé précaire, les deux tantes s’arrangent pour la faire avorter. Elle finira par décéder.

Jean étouffe dans cette ambiance où tout est géré, calculé. On s’y hait beaucoup dans ce roman rural.


Extrait :


-  Le docteur fumait la pipe du matin au soir, dans son cabinet, dans la chambre des moribonds, au point d’en avoir les dents brunes de tartre, et il répondait quand on lui faisait remarquer : «  - C’est pour ne pas sentir qu’ils puent. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire