" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

lundi 27 juillet 2015

Nicolas Defrécheux : " Mès deûs lingadjes " - " Mes deux langues"

 


    « Mès deûs lingadjes »                              « Mes deux langues »
                                          (première strophe et fin)
                                                                  de Nicolas Defrécheux ( 1861)



Dj’èplôye po djaser                                        J'emploie pour parler
Et minme po tûser                                          Et même pour penser,
Deûs lingadjes apris d’djônesse                     Deux langues apprises dans ma jeunesse
Onk si nome françès :                                     L'une se nomme le français:
Todi dj’admeûr’rè                                           Toujours j'admirerai,
Si doûceûr èt sès ritchèsses                            Sa douceur et ses richesses.
L’ôte, c’è-st-on walon                                     L'autre, c'est le wallon,
Rûde èt franc tot come nos pères ;                 Rude et franc comme nos pères ;
C’es-st-on vêrt djèton                                     C'est un vert rameau
Qui s’sitind avâ’ne lîbe tère .                         Qui s'étend sur la libre terre.
A ! dji v’s-inme, lingadge di m’patrèye !        Ah ! je vous aime, langue de ma patrie ! 
Vî walon, hossîz mes-orèyes                         Vieux wallon, bercez mes oreilles,
Dusqu’à dièrin djoû di m’vèye !                    Jusqu’au dernier jour de ma vie !

°°°°°°°°°°°

Bonjour Jean, Voici la façon la plus correcte d'écrire le texte, d'après l'orthographe Feller, qui date de 1900 et qui est la référence. J'ai mis lome plutôt que nome car le verbe loumer était beaucoup plus employé que noumer, assez rare en fait. Dj'èplôye po djåzer Èt minme po tûzer Deûs lingadjes apris d' djônèsse. Onk si lome francès : Todi dj'admir'rè Si doûceûr èt sès ritchèsses. L'ôte, c'è-st-on walon Rude èt franc tot come nos péres ; C'è-st-on vêrt djèton Qui s' sitind avå 'ne lîbe tére. Ah dji v's-inme, lingadje di m' patrèye! Vî walon, hossîz mès-orèyes
Disqu'å dièrin djoû di m' vèye!

Eric Nicolet

°°°°°°°°°°°



En bonus :

Nicolas Defrécheux est l’auteur de chansons wallonnes dont l’illustrissime « Lèyîz-m' plorer ». Voici une interprétation – exceptionnelle ! – d’Edith Piaf et des compagnons de la chanson. D’abord, La Môme lit le texte puis entonne la chanson ( avou l’accent d’Pâris !) . C’est quelque chose !
C'est par ici :




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire