DQuentin Durward de Walter Scott au seul roman de San-Antonio se passant à Liège, il peut vous dire que tel chapitre ou telle scène de tel roman se passe en Hors-Château, ou place Saint-Lambert, ou encore rue de l’Etuve. « Il », c’est-à-dire Guy Delhasse, ce collectionneur d’un genre particulier : des références à Liège dans la littérature mondiale.
Comment est née cette passion ? «  En fait, si je suis Verviétois d’origine, j’habite Liège depuis l’enfance, tous mes souvenirs sont liégeois et j’ai une vraie passion pour cette ville. Au début des années 80, j’avais envie d’écrire un roman se passant à Liège. Mais, avant de me lancer dans cette entreprise, je suis d’abord allé voir ce que les autres avaient écrit, des gens comme Simenon bien sûr, mais aussi Bernard Gheur, Irène Stecyk, et bien d’autres encore. Et ce qui devait n’être, à l’origine, qu’une nécessité s’est transformé en passion.  »
Guy Delhasse s’est donc mis à collectionner toutes les références qu’il pouvait trouver sur Liège. Trente-cinq ans plus tard, il en possède un bon millier.
Et le roman qu’il voulait écrire sur Liège ? Il élude en souriant : «  Je l’ai écrit, mais il n’était pas très bon…  »
Parallèlement à son job d’éducateur, Guy Delhasse a décidé de diffuser sa passion.

La Cité ardente

«  Liège est la ville la plus littéraire de Belgique. D’ailleurs son surnom de Cité ardente est lui-même une référence littéraire : il lui a été donné dans un roman de ce titre d’Henri Carton de Wiart paru en 1905. »
Aujourd’hui prépensionné, Guy Delhasse a davantage de temps à consacrer à sa passion. Il agrandit sa collection. «  J’ai des espions  » sourit-il. «  Des amis, des connaissances qui, dès qu’ils repèrent le nom de Liège dans un roman, m’en font part. »
Outre cela, il écrit aussi. Il a ainsi publié le Guide littéraire de la province de Liège, en élargissant ses recherches à Verviers, à Huy, à Waremme… Il tient une rubrique dans la Chronique du Vieux-Liège… Et il publie dans les prochaines semaines, chez Luc Pire, Promenades littéraires au Pays de Liège.
A propos de promenades, il s’est aussi mué en guide : du 1er août au 26 septembre, il organise une vingtaine de promenades littéraires dans le cadre de « L’estivale des Parlantes ». Des promenades à pied, à vélo, ou même en tram, comme à Bruxelles. Des exemples : le samedi 1er août, dès 14h30, il vous emmène d’Ansembourg au Curtius, sur les traces des écrivains qui ont évoqué ce quartier. Le lendemain, il vous guide à vélo pour parler roman policier…
Il lance : «  Il n’y a pas besoin d’avoir lu les livres dont je parle pour participer aux promenades. Elles n’ont rien d’intellectuel. J’y mets de l’humour, des anecdotes. » On le croit volontiers…