" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

lundi 1 juin 2015

Liège en 1944 ( de septembre à décembre)




-  Samedi 3 septembre 1944
1 er jour de Libération- Edition spéciale. Liège est libéré. Cité ardente toujours. L’étendard tricolore flotte sur le palais des Princes-Evêques remplaçant définitivement la Croix gammée. (…) Liège remercie ses libérateurs. Elle pleure ses martyrs. (…)

-  Samedi 9 septembre 1944
Comment passer la Meuse – Le pont de Coronmeuse est dans l’eau. (…) A la Goffe, le pont est partiellement détruit. En aval deux remorqueurs font le transport des riverains. Le Pont Neuf est également très abimé. Un remorqueur assure le service. On peut emprunter le pont de Commerce qui est réparé. Au-delà du Pont du Commerce, les pontonniers américains établissent un pont (…)



-  Vendredi 15 septembre 1945
A la Citadelle. Voici les cinq poteaux auxquels les Allemand attachaient les Patriotes avant de les fusiller. Au premier plan, on voit le potager que les Boches n’avaient pas craint de cultiver sur les tombes de leurs victimes.



- Lundi 15 septembre 1944
Tableau de ravitaillement pour la période du 18 septembre au 17 octobre 1944

-  Mardi 7 novembre 1944
En division d’honneur. Première journée, premier derby et Liège bat le Standard par 3 à 0. (…)

-  Vendredi 10 novembre 1944
La distribution des timbres de ravitaillement de la 56 ème période aura lieu à la piscine communale Place Xavier Neujean pour tous les habitants de la ville de Liège, rive gauche et rive droite. (…)



- Mercredi 15 novembre 1944
      Quand les Boches nous dépouillaient. Voici un certain nombre des 500 cloches volées dans les églises de la province de Liège réunies en juillet 1944 à l’île Monsin. (…)

      Les débits de boissons ( cafés et restaurants) peuvent ouvrir entre 11 h et 22 h.
     Tandis que les écoles ont réouvert leurs portes à la mi-octobre, les universités réouvriront le 3 janvier 1945

-  Vendredi 24 novembre 1944
        L’alerte par sirènes. L’autorité américaine donne l’ordre par sirène à peu près 4 minutes avant le passage à Liège des bombes volantes. Le signal de fin n’est pas toujours donné, l’explosion de la bombe étant suffisante pour indiquer que le danger est disparu. S’il n’y a pas d’explosion, l’alerte peut être considérée comme terminée 5 minutes après le passage de la bombe.
       «  Préservez-vous des éclats de vitres en plaçant des treillis extra-rigide sur vos fenêtres. S’adresser : Estampage, 208, rue Emile Solvay, Sclessin. »

- Jeudi 30 novembre 1944
Alerte où s’abriter. (…) Il convient de constater que les abris brillent par leur absence dans certaines artères conduisant du centre-ville vers la périphérie. (…)

-  Dimanche 3 et lundi  4 décembre 1944
       Conseil de Guerre de Liège.-  Dardenne, Jules de Liège « cogneur » de Rex ira aux travaux forcés à perpétuité. De Bel, Fernand et Roox, Louis feront chacun vingt ans. Le feldgendarme Deruleux sera passé par les armes (…)
       A propos du pain. Décidément on se moque de nous. Voilà quatre jours que, très officiellement, il a été déclaré à la population liégeoise que 500.000 kg de farine étaient arrivés à Liège. Or, la population sans pain est forcée de faire la file en dépit d’un « climat » peu favorable. (…)
      Brasserie Piedboeuf. Nous rachetons nos grandes bouteilles 2 francs, nos petites bouteilles 1 f.



-  Mercredi 6 décembre 1944
Deux Américains de passage chez le grand Saint-Nicolas reçoivent en «  petit souvenir «  la symbolique marionnette liégeoise.

-  Mardi 12 décembre 1944
        Les tramways ne circuleront plus de 8 à 12 heures et de 14 à 16 heures. Si la situation s’aggravait, l’éclairage électrique serait sans doute supprimé dans une partie de la ville.
       «  Economisons l’électricité pour lutter contre Hitler et sauver le pays »



- Du 21 au 31 décembre 1944
   Quelques titres :
    «  Malmedy serait repris par les Américains »
    «  Les Allemands sont forcés d’abandonner Stavelot « 
    «  Le couvre-feu reste fixé de 22h30 au lever du jour »
   «  Recul général des Allemands en Ardenne »



Et particulièrement dans le quartier Sainte-Marguerite :



- Samedi 9 septembre 1944
L’attentat des Boches contre le quartier de l’Ouest

(…) Des explosions formidables ébranlèrent le quartier. Tour à tour, les carrefours de Hocheporte, du Cadran et de Fontainebleau furent en quelques instants transformés en un amas de décombres. (…)  Le lendemain, les Liégeois purent contempler le pénible spectacle de tout un quartier sauvagement démoli, comme à plaisir, par les champions de  «  l’ordre nouveau ».


Merci au journal " La Meuse "  ! ! !
Merci à ses journalistes anonymes  ! ! !
Merci à la bibliothèque de l'Université de Liège  ! ! !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire