" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

samedi 13 décembre 2014

Une p'tite virée dans les bistrots de Gouvy




Durant les vingt-cinq ans pendant lesquels j’ai tenu mon magasin, au 11 rue de la gare, j’ai peu succombé aux charmes du plateau ardennais qu’offrait Gouvy. Mon cœur et mon esprit étaient – déjà !  – à Liège où je me précipitais le dimanche, les jours fériés et le dernier mercredi du mois. A défaut de mieux, donc, je me suis noyé dans les bistrots essentiellement gouvyons…
Tout comme je l’ai fait sur la page facebook «  Tu es un vrai Liégeois, si … «, j’ai pensé qu’il serait plus ou moins intéressant d’écrire un article sur les bistrots de Gouvy. Une vision parmi d’autres…
Enfant, j’habitais déjà au 11 rue de la gare – maison où d’ailleurs je suis né- ; j’étais entouré par trois cafés : «  Au Harmais », « Le Café des Sports » et « Le Ciné chez nous ». Croyez-moi, cela marque un gosse ! A vie !
Surtout, ne soyez pas vexés si je ne mentionne pas votre nom. Ce n’est pas pour autant que je vous ai oubliés. Vous savez comment ça va : si l’on en cite un nom , faut les citer tous, alors autant écrire un bottin  … Sans compter que je ne tiens pas du tout à me retrouver avec une kyrielle de procès sur le dos… (ne faites pas attention, c’est mon côté parano qui resurgit).

Les voici, les voilou :


- « Au Harnais » : dans les années ’50, il était tenu par les Maillard, dont le monsieur était un féru de courses automobiles. Puis vint Renée et ses charmants enfants .Nos proches voisins donc. Je me souviens, tout particulièrement,  des longues discussions artistico-philosophiques que nous avions, mon ami Jacques Robert et môa, avec le peintre Joseph Bontemps. Puis vint Rolande et Gilbert Davin et leurs enfants. Pour la petite histoire, c’est à cette époque que j’ai hérité d’une chatte, nommée Nènètte qui est devenue ma meilleure « public relation ». Ah Nénette ! Puis, succéda un des fils Bigneron (dont je ne me rappelle plus le prénom) et sa fiancée, une grand fille liégeoise hyper comique.


- «  Le café des Sports » tenu par la tribu Laloux, puis par la famille d’Eugène et Nelly Marx. Puis, plus clair dans mon cerveau, voici venu des Vosges,d'Alsace ou de Lorraine, j’sais pû !) : Marie-Thérèse et Thaddée ( Thadeus pour les intimes, du latin ta déus, ton dieu) et leurs charmantes filles : Corine, Sylvie et Laurence. Sans mentir (ou si peu) je crois y avoir passé des milliards d’heures ; et des belles, et des fameuses encore !  Mais ce serait décidément trop long pour un article qui se veut court. Juste citer quelques noms de mes camarades de table ou de tabouret : André et Andrée Belhomme, mon cousin le libraire du coin Pierre Kaesch, un autre cousin (c’est bien connu : à Gouvy on est tous un peu cousins l’un sur l’autre !) : Lucien Bourgraff. Et mon cama Jan Ottevanger. E cô Ignace Burnotte,... j’en passe et des meilleurs. «  Thérèse, re-mets un peu une rafale ici ! ». A la fin des années ’70, il y a eu un autre couple et début des années ’80, Anne et Jean avec qui nous avons bien chanté. Ambiance !



- « Café-Hôtel du Luxembourg » café, resto, hôtel, tenu par Roger et Berthe. Puis Berthe toute seule. Je l’aimais bien Berthe car elle était sérieuse, sévère et souriante à la fois. Lieu de multiples rencontres et des spéciales dont le ventes notariales, les soirées électorales, la fête annuelle des cheminots, des anciens combattants, celle des habitants de la rue de la gare et de l’avenue Noël initiative lancée, entre autres, par Riquet Bissen, le bal de la kermesse, de fin d’année, etc, etc. Je me souviens de pékets que j’éclusais le dimanche après-midi avec Gilbert Belthus (même que de très mauvaises langues nous surnommaient «  Laurel et Hardy ». Pas très fin comme humour … enfin pââssons !). L’établissement est toujours tenu par Pascale et Jean-Pol. Qu’ils soient bénis ! Car ils nous évitent ce qui pourrait arriver de pire à Gouvy : qu’il ne reste plus aucun café (et plus de ligne de chemin de fer).



- «  Le Buffet de la Gare «  ne pas confondre avec le «  Café de la Gare «. On n’est pas à Paris, ici ! Quoique ! Car si vous vouliez du spectacle, pas besoin de courir au-delà de Hout-si-ploût. Il en est défilé des tenancières. Mimie, une des plus anciennes que j’ai connue qui, malgré sa petite taille, en imposait. Puis il y eu la Grande Simone et Edgard ( donc du café de la gare, … dites faut suivre là !). Et puis Christiane ( Cri-Cri pour les intimes). Oh dis donc, on s’est bien marré avec elles ! Puis Claude, son épouse et ses enfants. J’crois que j’en oublie dans le tas. Je me souviens des apéros du dimanche matin avec Jean-Marie Brandt où l’on se sabordait au pécket. Dis, Jean-Marie, si tu m’entends, redescends un peu sur terre, juste le temps d’un apéro. Je t’offrirais bien volontiers aussi, tant qu’on y est, un bon bifteck-frites-salade.   Rhôôôô !  Grave !

- « Ciné chez nous » tenu assez longtemps fin des années ’50, début ’60 par la famille de Nelly et Eugène Marx. Le cinéma de mon enfance, soit un morceau de paradis. Il y avait bien entendu un bar, des limonades et des friskos pour les mômes. Plus tard, un peu avant et après l’incendie qui dévasta la salle en 1980, «  on «  y distilla pas mal…  Entre autres aux concerts de chansons française, organisés par la MJG ( voir plus bas), de jazz , des repas de la RUS (royale union sportive), de l’écoles Ste-Thérèse, sans oublier mariages z’et enterrements , ….
                                                    
- " La MJG ", maison des jeunes de Gouvy, située dans l’ancienne école communale, dite Monville. Elle connut ses années de gloire fin des années ’60 jusqu’au début des années ’80. Le bar (puisque c’est cela qui nous intéresse ici) était situé dans les caves. Ah ! les soirées dansantes ! Ah ! les festivals de pop music ! Ah ! les nocturnes balades ! Cela valait le déplacement …. et son pesant de cacahuètes.

Mais tout a une fin.

A part ça, je pense que j’aurais dû intituler cet article : « Brèves mémoires d’un vieil alcoolo «

                                                                                                       
                                                                                                       Catinus

°°°°°

En bonus :

- Peggy Sue :

- The Beatles :

- Festival :

11 commentaires:

  1. Tu possèdes une belle plume, Jean Catin, et l'art de créer une ambiance qui vous envahi le cerveau telle la madeleine de Proust.
    Mon frère Jacques a le talent de croquer avec un crayon ce que tu croques avec des mots. Vous devriez vous associer pour commettre un livre sur Gouvy aux temps anciens pas si anciens que ça pourtant ! Cordialement,
    Elisabeth ROBERT

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour les fleurs, Elisabeth !
    Je vais provoquer , incessamment sous peu, une « brainstorming » - une « tempête de cerveau – avec ton frangin Jacques …

    RépondreSupprimer
  3. salut,Jean,comme tennciers, des bars de Gouvy,il y a eu les Laplume si je ne me trompe *ils ont eu le Harnais?),il y a eu aussi la famille Jeangoux (cafe des Sports?),
    Therese avait rebaptise son cafe : LE CLOS LORRAIN ( c'etait le harnais?) et elle a tenu egalement le buffet de la gare (debut 80?),un soir ,dans celui-ci,on y a joue au strip-poker et j'avais perdu...Therese avait une photo de la finale derriere le bar (de petit format...heureusement....ce fut le dernier souvenir que j'ai laisse a Gouvy...ce n'est quand meme pas donne a tout le monde!
    Bon je m'y perds un peu dans la chronologie des cafes,il faut dire que l'on poussait parfois la porte sans trop savoir ou on rentrait ou sortait!...
    Le CINE CHEZ NOUS,n'a pas ete tenu un moment par une famille Laudaume (qui avait une fille) et qui quitterent Gouvy fin annees 60?

    Excuse pour le manque d'accent,mais mon let-top a un probleme (el il est neuf!!)

    Eric.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as une bonne mémoire, Eric. Ainsi tout à fait exact pour le Clos Lorrain, la famille Laudaumé, les Jeangoux, ... bref, on voit que tu as vécu tout cela de près. ..
      A propos, où habites-tu, maintenant ?
      Un bonjour à toi de Gouvy et de Lîdge !

      Supprimer
    2. Tu as une bonne mémoire, Eric. Ainsi tout à fait exact pour le Clos Lorrain, la famille Laudaumé, les Jeangoux, ... bref, on voit que tu as vécu tout cela de près. ..
      A propos, où habites-tu, maintenant ?
      Un bonjour à toi de Gouvy et de Lîdge !

      Supprimer
  4. J'habite au Pays Basque cote péninsule espagnole,la montagne et la mer est a une demi-heure en voiture,quelques bars avec des concerts et une bière brassée au village.

    RépondreSupprimer
  5. Oufti ! comme on dit à Lîdge . Bien à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  6. mais je passe a liège chaque année et j’espère te rencontrer cette année,fin décembre,début janvier...bon....,si tu es d'accord.....

    RépondreSupprimer
  7. Dac ! On fera la tournée des bistrots >>>>>>>>>>>>

    RépondreSupprimer