" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

mercredi 3 décembre 2014

Jean Lecomte : " Le Grand-Ecossais de Saint-Pholien "




Le 7 avril 1768, le sacristain de l’église St-Pholien de Liège est retrouvé sauvagement assassiné. Le prince-évêque Charles d’Outremont et sa police pensent qu’il s’agit d’un crime commis par des hérétiques, peut-être même par des Francs-Maçons. Par ailleurs, Siscot, un émissaire de son Altesse Impériale dont dépend la principauté liégeoise, est sur la piste des nouvelles loges maçonniques qui se seraient créées à Verviers et à Liège…
A pointer, dans ce court roman, des pages intéressantes sur la franc maçonnerie en général et à Liège en particulier, sur le prince-évêque Velbruck, sur le quartier du Barbou, …
Bref ! deux livres pour le prix d’un que vous pouvez vous procurer au stand «  La mairie du village » sur le marché de Noël de Lîdge (au pied de la grande roue) pour la modique somme de 5 euros.
Note : si vous pensez rencontrer, dans ce roman,  un grand fort gaillard, vêtu d’un kilt, se promenant en Outremeuse au XVIII è siècle, (voir le titre : Le Grand-Ecossais),  vous vous gourez sur toute la ligne …


Extraits :

-  Il n’est ni foncièrement bon ni foncièrement mauvais, répondit Siscot, il est médiocre, ce qui est pire, car les médiocres convoitent tout ce qui les dépasse.


-  Vous connaissez l’adage liégeois : » Pauvre homme en sa maison est roi », et qui signifie que chez nous, le domicile est inviolable, sauf mandat de visite domiciliaire délivré exceptionnellement, en matière criminelle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire