" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

mardi 25 novembre 2014

Nadine, fille de joie




Une vraie fille de joie. Frisée et accorte, Nadine, 24 ans, transpire la joie. D’ailleurs, de joie, elle est fille. C’est libre qu’elle comparait devant la Chambre à Trois Juges du Tribunal correctionnel de Liège pour atteinte à la pudeur et outrage aux mœurs. En août, alors qu’elle était «  serveuse élégante » dans un bar de la rue Varin à Liège, elle reçut la visite de quatre jeunes garçons ( dans le vent) de 15, 16 et 17 ans qui, curieux comme on l’est à cet âge-là, «  désiraient voir ce qui se passait derrière cette façade ». L’un d’eux, en présence de ses copains, aurait bénéficié de caresses réciproques, le tout en échange d’un billet de mille francs.

Le Juge titulaire : Et les autres jeunes gens, que faisaient-ils, pendant ce temps là … ?

Nadine : Ils regardaient, émettaient des avis et se caressaient la quéquette.

Le second juge : Et il a duré longtemps, ce manège ?

Nadine : Je ne me rappelle plus trop bien … Attendez … Oui, une petite heure … On a rigolé, sans plus. Ils me racontaient leurs vies.

Le troisième juge : Dites donc, vous ne demandez pas cher, vous … Je veux dire par rapport à vos consœurs,… euh ! si j’ose les nommer ainsi, chers collègues …

Nadine : Pourquoi ? Ça vous intéresse ?

Le troisième juge : Dites donc ! Je ne vous permets pas !

Le juge titulaire : Revenons à nos moutons.  Qu’avez-vous comme formation, mademoiselle ?

Nadine : Vous voulez dire mes diplômes, je suppose ? J’ai juste fait mes primaires.

Le second juge : Vous n’avez jamais songé à faire autre chose que « serveuse » ?

Nadine : Quoi ? … Travailler en usine ?.. (voyant que les Trois opinent du bonnet, elle poursuit) : J’ai bien été chez « Palmolive » mais je sentais le parfum matin-midi-et soir et mon p’tit ami m’appelait «  Bébé Cadum ». Beuaarrrkk ! Puis chez « Taf » et là je sentais le tabac matin-midi-et soir. Puis à l’embouteillage à Chaudfontaine où j’ai chopé des migraines gravos. Ça suffit ! D’ailleurs, j’aime pas les cheffes ! Ici, je suis mon maître.

Le juge titulaire : Oui ! Façon de voir … Et vous comptez travailler longtemps dans les bars ?

Nadine (formelle) : Jusque 30 ans. Après, je me trouve un homme, de préférence un qui a de la galette, peu importe l’âge ou la tronche.


Monsieur l’avocat demanda pour la belle une suspension du prononcé de la peine. Accordée !

 Nadine est sortie plus rayonnante que jamais !

                                                                                          Catinus

°°°°°

J'ai proposé cette histoire sur un site littéraire. En voici les commentaires :

http://www.critiqueslibres.com/i.php/forum/sujet/12098

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire