" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

jeudi 30 octobre 2014

Jean d'Ormesson : " Voyez comme on danse "



Ce roman date de 2001. Le narrateur se trouve dans un cimetière où, avec de nombreux amis, il rend un dernier hommage à son ami Romain. C’est l’occasion de nous raconter le parcours de plusieurs personnages dont Margault Van Tulip et de sa fille Marina dont Jean tomba jadis amoureux. Nous naviguons alors en Grèce, à Paris, en Italie, à Londres, à New York dans les années d’avant-guerre, durant la guerre, et jusqu’à la fin du 20 ème. A souligner que tous ces personnages, souvent hauts en couleurs, ne sont pas des prolos … L’histoire n’est – peut-être ? - pas d’un très grand intérêt mais elle est truffée de quelques perles, dont ce qui suit.


Extraits :


-  Tout le monde aimait Romain. Et moi aussi, j’aimais Romain. C’était la fête à Romain. Il était mort : tout le monde l’aimait. C’est la règle : on aime les morts. Ils ne vous font plus de mal. Ils ne vous font plus d’ombre. Et pour compliquer encore un peu les choses, même quand il était vivant, j’avais aimé Romain que j’ai tant détesté…

-  Nous nous tenions en silence autour du corps de Romain. Il n’y aurait pas de discours puisqu’il n’en voulait pas. Nous le laissions s’effacer, selon sa volonté. Il était parmi nous encore quelques minutes. Les uns priaient sans doute. Pour lui. Pour le salut de cette âme à laquelle il ne croyait pas. Et aussi pour eux-mêmes. Les autres essayaient de se souvenir de ses traits, de leurs rencontres avec lui, de leurs conversations. D’autres encore pensaient à n’importe quoi, à leurs amours, à leurs affaires, à leurs rendez-vous de la journée, ou à rien du tout. Beaucoup avaient du chagrin et quelques-uns s’ennuyaient.

-  Je lui glissais le mot de Cioran : «  Dieu doit beaucoup à Bach «. ( ou Bach a fait beaucoup pour Dieu)

-  Quels que soient les sentiments d’un père pour son fils, et encore plus pour sa fille – et j’en connais qui les poussent jusqu’à une espèce de folie -, l’amour d’une mère pour l’enfant qu’elle a porté en elle est quelque chose que les hommes ne peuvent pas imaginer.

-  . A chaque seconde, cent milliards de neutrinos traversent, à notre insu, chaque centimètre carré de notre peau avant de parcourir la Terre de part en part et de poursuivre leur course dans l’espace vide et pourtant surpeuplé. Le premier neutrino venu est capable de franchir, sans le moindre dommage et sans que son mouvement en soit modifié si peu que ce soit, une épaisseur de plomb de plusieurs milliers de kilomètres.

-  Aucun pays dans le monde entier ne vénère ses écrivains à l’égal de la France. Aux Etats-Unis, en Chine, dans le monde arabe, en Allemagne ou en Suisse, écrire est une profession, le plus souvent ignorée du grand nombre et parfois méprisée. En France, c’est un sacerdoce qui relève encore de la légende et de la mythologie. (…) Ce qui s’est écrit chez nous depuis un demi-siècle est souvent honorable et ne casse pas trois pattes à un canard. Le prestige du livre français s’est effondré.

°°°°°°°

-  Une interview de Jean d’O à propos de ce livre :

-  Olivier Barrot présente le livre :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire