" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

vendredi 22 août 2014

Amélie Nothomb : " Pétronille "




Un roman, plus ou moins autobiographique, mais qui reste une fiction. Un roman particulièrement réussi et surtout humoristique qui vous fera – peut-être – éclater de rire . Une histoire d’amitché – comme on dit à Liège – entre deux écrivains grandes amatrices se saoulerie au champagne  - excusez du peu, tout le monde n’est pas prolo ! -. A se demander si, à certains moments, Amélie n’a pas écrit sous influence – au champ’ , of course ! -.

On le sait déjà depuis belle lurette :  Amélie préfère mettre en évidence d’abord ses défauts bien avant ses qualités. A l’instar de deux autres écrivains francophones, tout aussi admirables : Jean d’Ormesson et Georges Simenon.  – Tiens, tous des noms qui se terminent en « on » ! – Merci le moyen mnémotechnique ! -
Le personnage de Pétronille a été inspiré par celui de Stéphanie Hochet.

 Foutreciel !,  oui ! soyons tous modestes !

  Se lit avec délectation ! , – et c’est le cas de le dire : un grand cru, un grand millésime ! –


Extrait :


-  La France est ce pays magique où le plus commun des troquets peut vous servir n’importe quand un grand champagne à température idéale.

-  (avec les deux coupes de champagne) le garçon avait apporté des cacahuètes, ce qui dénotait un curieux sens des valeurs. Autant lire Tourgeniev en écoutant La Danse des canards.

-  Je la regardais avec l’admiration stupide qu’ont les gens de mon espèce quand ils rencontrent un prolétaire véritable.
-  (…) une jeune libraire blonde, au teint de porcelaine, si jolie et si gracieuse que l’on croyait rêver en la regardant.

-  Je viens de Gaule Belgique. Le seul pays au monde dont le nom est un adjectif substantivé.

-    « - Est-ce que l’expérience t’a plus ? « 
     «  - Au-délà. Au-delà ! « 

- Sais-tu que tu es l’une des rarissimes privilégiées à pouvoir vivre de ta plume ?

Un pour cent des écrivains publiés y parviennent. Un pour cent !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire