" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

vendredi 25 janvier 2013

Georges Simenon : " La mort d'Auguste "





Auguste Mature, le patron du café-restaurant «  Chez l’Auvergnat «, rue de la Grande-Truanderie dans le quartier des Halles à Paris, est mort. Il laisse trois fils : Ferdinand, Antoine et Bernard – sans oublier les belles-filles – et une épouse qui n’a plus toute sa tête. Et puis un héritage qui devrait être conséquent. Mais qui sera plutôt un nid à guêpes …
Les romans familiaux de Simenon sont toujours chatoyants ; mais ils sont également comparables à de mini-tempêtes qui laissent les personnages complètement … essorés. Et celui-ci ne fait pas exception.

Extraits :

-  Ce n’était pas exactement de la timidité. Il regardait tout en s’efforçant de comprendre, comme pour chercher la place qu’il occupait parmi les hommes.
-  Ils s’embrassaient. C’était un geste rituel, avant de se coucher chacun de son côté. Chacun était habitué à l’odeur de l’autre, à l’odeur du couple, et ils en étaient arrivés à respirer au même rythme. (…) Il restait un vide, dans le lit, entre eux deux. Aujourd’hui, il y avait des vides partout.

-  Ils ne se serrèrent pas la main. Ils se connaissaient depuis trop longtemps.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire