" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

mercredi 1 juin 2011

Yoko Ogawa : " Hôtel Iris "





















Mari et sa mère tiennent un hôtel. La jeune Mari ( Marie ) y travaille 7 jours sur 7, surtout à l’accueil. Peu de moment de répits. Sa mère ne cesse de vanter la beauté de sa fille mais la houspille tout au long du jour. Sans compter la femme d’ouvrage qui s’amuse à voler des objets appartenant à la jeune demoiselle.

A quelques encablures de là, vit en ermite un traducteur de russe dans une île qui a la forme d’une oreille. Mari fait sa connaissance à l’hôtel Iris lors d’un esclandre avec une femme. Une liaison va naître entre eux ; une liaison tout à fait particulière car notre homme est un curieux personnage, du genre déviant, pervers.

Yoko Ogawa nous raconte ces deux vies parallèles, si dissemblables. J’ai particulièrement apprécié quelques passages, dont tous ces poissons morts sur la mer où quand notre héroïne se trouve coincée dans un chambre de l’hôtel Iris.

Saluons ici la très large palette du grand talent de l’auteur qui ne cesse de nous étonner, décidément. Un vrai phénomène ( dans le bon sens du terme ). Savez-vous que je porte aux nues son roman : « La Marche de Mina « . ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire