" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

mercredi 27 avril 2011

Yasmina Khadra : " Les Hirondelles de Kaboul "






















Les Talibans règnent sur l’Afghanistan. « Bientôt, il n’y aura plus qu’un langue sur terre, qu’une loi, qu’un seul ordre : ceci ! s’écrie-t-il en brandissant un Coran ». Un texte, une loi, un sacré qui dirige tout, qui engloutit tout, qui dévore tout. Si l’homme à côté ou en face à plat ventre n’est rien que dire alors de la femme ? On connaît via les médias les non-visages de ces « ombres « , ces « hirondelles « . Dans ce livre, vous pourrez-même assister à une lapidation d’un impie, d’un impure. Ou encore, sous la trique et les fouets des sbires talibans, vous serez sommé d’écouter les interminables prêches des mollahs. Vous suivrez à la trace quelques personnages, entièrement laminés, fantomatiques qui tentent de survivre dans cet enfer sur terre qui n’a pas de fin, semble t-il.

Romancé, soit, mais cela sent le vécu à chaque page. ( Assez ) terrifiant !

En bonus, de la littérature, de la poésie. Extraits :

- ( … ) et le hirondelles effarouchées se dispersèrent dans le ballets des missiles.

- A Kaboul , les joies ayant été changées en péchés capitaux, il devient inutile de chercher auprès d’une tierce personne un quelconque réconfort.

- j’ai marché dans les rues pour semer mon ombre

- Nous étions en plein été, et la fournaise, cette année-là, poussaient les corbeaux au suicide. On les voyait dégringoler comme des enclumes, les ailes collées au flanc et le bec en avant. Sur le Saint Livre, c’est la vérité. On entendait péter les poux dans nos linges étendus sur les roches surchauffées.

- Pourquoi faut-il retourner chaque mot pour voir ce qu’il y a dessous ?

- Le ricochet d’un rayon de lune éclaire son faciès racorni

- Nous avons tous été tués. Il ya si longtemps que nous l’avons oublié.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire