" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

mardi 8 mars 2011

Georges Simenon : " Chez les Flamands "


















L’histoire se déroule à Givet, dans la botte du Hainaut, en Belgique. Deux familles – même trois si l’on compte les Van de Weert - : les Peeters, des Flamands, avec Anna et Maria, les deux filles de la maison et les Piedboeuf dont Germaine qui a disparu. Un crime ? Oui et tout accuse les Peeters. La police enquête mais Maria a demandé le concours du commissaire Maigret.

Et puis, il ya les bateliers, les épiceries des deux familles où l’on sert également là du vin , là du genièvre. Des discussions, des rixes, des querelles de bistrots. Des haines latentes.

On s’attend à des rivalités entre les deux familles, à de sordides histoires de gros ou petits sous, des jalousies entre femmes, des chagrins d’amour, des mesquineries. Mais n’oublions pas que , une fois de plus, nous avons à faire à de l’excellent Simenon qui nous attend à la fin. Et qu’il excelle, ici encore , dans les portraits psychologiques de ses personnages qui , comme on le sait, est une de ses spécialités. Dans la chaude et lourde odeur du café et des tartes au riz, faites maison …

Un tout grand Maigret !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire