" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

mercredi 5 janvier 2011

" Histoire des grandes épidémies ", Willy Staquet












A choisir, vous préférez la peste ou le choléra ? A moins que vous vouliez plutôt goûter les particularités de la diphtérie, la variole, la petite ou grande vérole, le typhus, la dysenterie, … Ce bouquin fait le tour de la question du moyen-âge au 19 ème siècle, en Belgique, au Luxembourg et dans le nord de la France. Et vous vous en doutez, c’est assez effroyable. Comme quoi l’être humain est fort mal loti et chope à peu près tout ce qui passe comme joyeusetés.

Extraits :

- En l’année 1000, l’Europe occidentale meurt de faim. Entre 970 et 1010, il y eut quarante-huit années de famine ( froid, pluie, sécheresse ). S’il faut en croire les chroniqueurs de l’époque, les hommes furent contraints à « prendre pour nourriture, non seulement la chair des animaux ou des reptiles les plus immondes, mais même des femmes et des enfants « .

- Face à tous ces fléaux, pour les Flagellants, seul le recours à la pénitence publique calmerait la colère de Dieu. Coiffés d’un chapeau de feutre, marquées de deux croix rouges, l’une devant , l’autre derrière, revêtus de longues robes surmontés de capuces, ils avançaient deux par deux, crucifix et bannières en tête. Arrivés sur une place publique, ils se flagellaient les uns les autres. Ils psalmodiaient « Battons nos charognes bien fort en nous souvenant de la grande misère de Dieu et de sa piteuse mort «

- La variole aurait emporté une soixantaines de millions d’Européens entre 1700 et 1800.

- En 1564, les chroniqueurs nous apprennent qu’en septembre, à Liège, la peste tua plus de mille personnes dans le faubourg Sainte-Marguerite, et d’autres trépassent près de la fontaine Saint-Lambert. Collectes de vivre et d’argent sont organisées pour venir en aide aux nécessiteux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire