" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

lundi 24 janvier 2011

En vidéos. Léo Ferré chante Rimbaud, Verlaine, Baudelaire, Villon, Rutebeuf, ...













( Pour la petite histoire ) : Au collège, nous avions, comme prof, en poésie, un certain Robert Félix. Prêtre de son état, petit, d’une nervosité féroce et véloce. Il ne vivait ,semble-t-il, que pour la poésie, était fou de Rimbaud. Aimer Rimbaud, Baudelaire dans un collège ultra-catho dans les années ‘ 60, cela ne pardonnait pas… Je crois qu’il s’est flingué …
Hommage lui soit rendu car il est bien le rarissime prof dont j’ai gardé un souvenir plus ou moins agréable. Et il a éveillé , chez certains de ses potaches, le goût de la lecture. Ce qui n’est pas rien.
- « Chanson d’automne « de Paul Verlaine. Les sanglots longs, les violons , très jazzy :
«- « Ma Bohème « de Arthur Rimbaud, « je m’en allais les poings dans mes poches crevées, mon paletot aussi devenait idéal, j’allais sous ton ciel, Muse, et j’étais ton féal … »
« Les chercheuses de poux « , promènent leurs doigts fins terribles et charmants :
« On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans « et qu’on a des tilleuls verts sous la promenade :
« Je vous vois encore « Paul Verlaine :
« L’étranger « de Charles Baudelaire, j’aime les merveilleux nuages qui passent, là-bas :
« Frères humains « de François Villon, priez Dieu que tous nous veuille absoudre :
« Pauvre Rutebeuf « , que sont nos amis devenus ?

--------------------------------------
Une heure avec Léo :

* " La vie d'artiste " :


* " Richard " :




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire