" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

mardi 7 décembre 2010

Les points communs dans l'amitié






















A notre époque - et même depuis toujours – nous sommes vite l’ami de quelqu’un . A Liège par exemple, il suffit d’offrir un verre à quelqu’un , ou une clope ou discuter de tout et de rien durant 11 minutes et des rawètes et vous voila classer dans « les amis « . Oufti ! Ou encore sur Face book, là c’en est plein-plein et c’est comme les petits pois : quand y en a plus, y en a encore …

C’est une vision, respectable, soit mais qui ne me convient pas. Parlons plutôt de bonne camaraderie, de connaissances.

On dit souvent : « Mes amis, je peux les compter sur les doigts des mains ou même d’une seule main. « . Là c’est mieux ! Et plus exact !

Comment reconnaître ses vrais amis ? Telle est la question …

Ceux qui vous aident en cas de coup dur ? Certainement.

Mais je crois qu’on peut les évaluer, les classer dans deux catégories. Tout ceci n’est pas de l’inédit mais il convient parfois d’y voir un peu plus clair.

La première question à se poser est : « Ai-je des points communs avec mon ami, mon amie ? « . Plus vous en avez, plus l’amitié est profonde et riche. J’insiste : c’est LE test ! ! ! On peut les rencontrer dans la vie quotidienne, par exemple au boulot, boulot commun, dans une activité sportive, de type social ou culturel. Ou alors , encore plus en profondeur, dans des attirances communes : tel écrivain , telle lecture, tel type de cinéma ou de théâtre, que sais-je encore, chacun suivant ses goûts, de ces goûts communs qui font que l’on se rapproche, que l’on se cherche mutuellement la compagnie de son ami, de son amie afin de se replonger dans ces échanges si importants.

La seconde situation réside dans le fait d’avoir un passé commun.

Familial, anciennes amitiés ou liaisons amoureuses, … Mais l’amitié, c’est bien connu : cela s’entretient et le temps peut être endomageable, quasi tueuse. Par exemple, une amitié qui était sincère et profonde du temps où vous étiez au collège, lors de vos études, peut se trouver à bout de souffle et finir par se désintégrer. Sans compter que nous changeons tous et toutes ou que le contexte n’y est plus.

Hors de ces deux aspects, je n’en vois pas d’autres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire