" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

mardi 2 novembre 2010

La Toussaint à Gouvy













Tradition oblige, le teuf-teuf de la ligne Liège – Luxembourg m’emmena jusque Gouvy-station, en ce beau premier novembre. Halte au café de Pascale et de Jean-Pol mais personne à qui papoter. Y avait bien la revue « la vie communale « , digne d’intérêts, certes, mais je préfère les ragots … Le temps de payer les deux pomponettes à Manufleurs, passer devant mon ex-maison toujours en friche, en jachère, hop pour une petite promenade du côté des « jarbages « .

On dit que la vie est courte. Perso, je l’ai toujours trouvée sacrément longue ( « atterré d’exister », comme dirait l’autre – fallait que je la place, celle-là …). Ainsi, il ne s’est passé que quatre ans depuis le départ de mon pays natal. Je jurerais qu’il y en a le double, au moins.

Flash back . 1 novembre 2006 : voici quelques jours, j’ai décidé de saborder mon magasin pour de multiples raisons. Décision terrible à prendre, croyez-moi .Mais que faire ensuite ? Quel boulot ? M’incruster à Gouvy, vendre, louer ? De plus, des déboires amoureux pour en rajouter une couche et puis le coup de grâce : le décès inopiné de Jacques Parmentier. Yes, really, i’m in dire straits ( j’suis dans le 17 ème dessous ).

Mais revenons à nos Gouvions. Je fus ravi de saluer la pince à quelques uns d’entre eux. Tout particulièrement, pour m’en tenir juste à eux ( désolé pour les autres … ) : Ignace Burnotte qui affiche de façon magnifique ses 78 ans et demi, Francis Wirard qui m’a prouvé qu’il lisait mon blog de temps à autre.

Après la visite au cimetière, nous nous sommes retrouvés chez ma p’tite sœur Thérèse pour un goûter et un dîner, en petit comité familial. Au menu : gaufres et gâteau maison, tarte ; potage au potiron, rôti, pomme de terre en sauce, choux de Bruxelles, chicons, glace, vin et cafés. Présent(e)s : Rose, Thé-Thé, Carole, Sylvain et ma petite nièce, Amélie. Celle-ci – et les autres également, attends toua ! - fut charmante et se fichait bien d’être la vedette du jour : elle ETAIT et c’était déjà bien suffisant pour elle ( nos considérations, elle s’en fiche comme de sa première culotte, dont acte ! ). Après quelques palabres sur les flamands, les wallons, les francophones, ikéa, les cadeaux de Noël, les chats, monsignore Léonard, les vacances,etc… nous nous sommes retrouvés, une fois de plus, à feuiller trois, quatre, puis sept albums photos de toute la smala. Avec les commentaires qui vont avec … Oufti !

Pas à dire : la Toussaint cuvée 2010 fut un bon cru !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire