" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

vendredi 23 octobre 2009

" Arrachez les bourgeons, tirez sur les enfants " de Kenzaburô Oé



Durant la seconde guerre mondiale, au Japon, des enfants d’une maison de correction sont enfermés dans un village. Une épidémie surgit et les villageois s’enfuient. Seuls, ces gosses tentent de s’organiser.

Une prédilection que l’auteur semble porter pour les exclus, tel son autre roman plus connu : « Gibier d’élevage « . L’écriture y est limpide, agréable. Pas moralisme non plus : ces enfants ne sont pas des anges et se jouent également des coups bas bien que l’on compatira tout de même avec le jeune narrateur. Si parabole il y a, que peut-on en déduire ? Que tout le monde défend ses plates-bandes, avec égoïsme et lâcheté s’il le faut. Ne sommes-nous pas dans la même barque, mais sauve qui peut… Et puis chacun son statut après tout …

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire