" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

mercredi 26 août 2009

De la notion du " Oufti ! "


Tu sais que tu es liégeois quand . . .




  Tu es persuadé que le pèkêt et les Princes-Evêques c'est typiquement liégeois.
  Pour toi le carré est une cours de récréation géante que tu as fréquenté, que tu fréquentes ou que tu fréquenteras de façon active pendant une série d'années.
  Tu dis « je descends » pour dire que tu vas boire un verre en ville. 
 Tu sais que la bière peut s'acheter au mètre. 
 Tu as un arc-réflexe qui se déclenche dès que quelqu'un demande : « A-s'veyou l'torè ? » 
 Tu vois bien ce qu'est une trémie mais tu ne peux pas clairement expliquer quelle est la différence avec un bièsse tunnel sous un pont. 
 Tu dis que tu es liégeois même si tu viens de Baelen, des Fourons, de St-Vith ou de Burdinne.
  Tu trouves ça normal qu'il y ait une mairie en République Libre d'Outremeuse.
  Tu répètes à tout le monde que le 15 août, ce n'est plus ce que c'était. Mais tu y vas quand même. Du 14 au soir jusqu'au 17 au matin. 
 Tu sais ce que veux dire « oufti ! » mais tu ne peux pas le traduire. Et tu ne peux pas non plus t'arrêter de le dire. 
 Tu ne comprends pas que la gauff' au suc' soit moins connue des touristes que la gaufre de Bruxelles. 
 Tu as l'habitude de manger des frites sauce lapin, une chique sur un bois, une mitraillette, des cuberdons, des lacquemants, des gosettes aux pommes. 
 Tu sais où a été inventé le zizi coincoin.
  Tu sais qu'aller manger un boulet à la liègeoise chez Lequet un dimanche matin c'est de la folie furieuse. 
 Tu reconnais les quais du canal, de la Meuse et de la dérivation sans te tromper. 
 Tu ne te fais plus flasher au tunnel sous Cointe.
  Tu retrouves la passerelle même dans le brouillard, la nuit, de dos, sans les mains, mort-saoul.
  Tes parents, tes frères et soeurs, tes cousins, toi et tes propres enfants sont tous nés à Rocourt.
  Tu sais que le Standard a été, est et sera toujours Champion. 
 Tu sais qui est né en 760 entre deux pavés du « Djus-d'la-Moûse », a poussé son premier cri pour réclamer du pèkêt et a li tièsse près dè bonèt.
  Tu connais la suite de cette phase : « Liège, tu dois Notger au Christ, et tout le reste... »  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire