" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

jeudi 11 juin 2009

Instantanés de ma vie liégeoise ( suite 5 )


Nous conviendrons donc que nous vivons une période exceptionnelle. Si on exclut, bien sur, le côté exécrable et insupportable de la nature humaine, sa rage de détruire et sa recherche bien entamée de son autodestruction. Mais autrement, je me sens parfaitement à l’aise en ce début du XXIème siècle et ne voudrais jamais vivre « au bon vieux temps « , comme on dit souvent : il était infiniment encore plus lourd à vivre. J’aime notre époque, maintenant, pour son côté pratique. J’explique…
Si je veux aller boire un verre à Lîdge, pas de sushi : il suffit de fermer ma porte ( pas spécialement à clef ! ) et en moins de temps qu’il ne faut pour dire « Standard Champion ! « , hop , une Liégeoise me sert un café, avec excellence. Et si cela se trouve, « La Meuse « est portée de main pour m’instruire des nouvelles fraîches du coin … Si je veux voir mon amie Gri-Gri , hop, un p’tit message au G afin de savoir si on peut se retrouver en ville pour papoter… La mer me manque ( j’allais tout de même pas dire Gri-Gri, elle ne serait pas contente de l’expression, attends, toua ! ), la gare du Palais est à cinq minute et mon rail-pass toujours en poche…
Envie de lecture ou d’un dvd, la biblio des Chiroux ouvre l’après-midi … Il me semble que Danôkô-San m’oublie : envoie-lui un mail, mon p’tit gars ou un sms … Quoi de neuf au Japôn ? Ouvre donc ton ordi et va donc z’yeuter sur le forum : http://www.lejapon.org/
Il me semble que je m’encroûte ? Pas de sushi , je file droit en suivant un des parcours que j’adore le plus à Lîdge : boulevard de la Sauvenière, boulevard d’Avroy, rue des Guillemins, une halte-café-clope au TGV et retour via la rue Louvrex et la rue Saint-Gilles : deux heures de bonheur ! Oufti !
Ce aujourd’hui, j’ai été voir le nouveau musée consacré à Magritte. J’en reparlerai dans un autre article. Près de la Grand’ place de Brussels, je me suis offert un dvd de mon chouchou : Frank Zappa ( et oui, toujours lui ! ) : « Apostrophe * and over-nite sensation « . Watcha ! Puis une miso-soup, 6 sushis et six makis au resto Jap^onais « Anata « . Sur le train, j’ai terminé la lecture de « Kafka sur le rivage « de Haruki Murakami. A mon retour : une – immanquable et incontournable - sieste pour repenser à tout cela.
Nous vivons une époque for-mi-da-ble , comme dirait l’aut’ !
Une vraie vie de privilégié, ôssi ! Yes, my Dear !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire