" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

vendredi 6 mars 2009

Mes lectures 2009 ( mars )




Petits contes de printemps
Auteurs:
Soseki/
Pages:
130
Format:
Broché
Editeur:
Philippe Picquier
Collection:
Date (jour-mois-année):
1/9/1999
Vos étoiles:
Titre critique:
En guise d'auberge jap^onaise
Critique:
Quelques impressions sur le pouce. Ce en quoi certains auteurs japonais excellent : parler de tout et de rien, livrer quelques sensations issues nos vies si éphémères, s'attarder sur des détails que certains qualifieront de peu importantes, si peu intéressantes, sans intérêt. Et pourtant ...Déjà dans " Je suis un chat ", Sôseki m'avait séduit par ses qualités. Ces détails qui forment un tout et en font un excellent roman . L'humour en plus.Vous tomberez sous le charme ( un peu désuet mais si délicieux ! ) de ces 25 nouvelles. J'épinglerai particulièrement : le voleur - la pension - la tombe du chat - Mona Lisa- l'incendie - l'argent - le professeur Graig .




" Le fait du Prince "

d’Amélie Nothomb.

Un homme qui se fait passer pour un autre, mort, et qui s’installe quelques jours dans la villa de l’épouse du défunt en se présentant comme un ami . ( vous me suivez ? )
Une histoire assez plaisante, certes, mais nous sommes loin de retrouver la philo, l’humour , la pensée A-nothombienne de ses meilleurs romans. Je serai tenter de dire qu’elle fait ici la louange des personnes favorisées, baignant dans le confort, le luxe, l’insouciance, … Pour preuve cet extrait :
« La vérité, c’est que j’ai enfin réglé la principale question des hommes : l’emploi du temps. Et je vous ai sauvée, Sigrid, de ce faux problème : vous faisiez n’importe quoi pour vous occuper, des courses, des visites. En vérité, je vous le dis : le temps ne doit pas être employé. Il ne faut pas s’occuper, il faut se laisser libre. «
Rien que ça.
Rien que pour ça !

Ma côte : 6/10














LA LUNE DE CE MONDE FLOTTANT






de Saikaku Ihara, Daniel Struve (Traduction)
Catégorie(s) : Littérature => Asiatique
critiqué par Catinus, le 6 mars 2009(Liège, Inscrit le 28 février 2003, 58 ans)

OmbresUne belle galerie de personnages obsédés par la fréquentation de maisons de plaisir ( comprenez les lieux de prostitution ) dans le Japon du 17 ème siècle. Et plus particulièrement des hommes qui dépensent tous leurs biens auprès de ces dames. Jusqu’à la dépravation et l’effondrement financier total puisqu’ils sont tout bonnement ruinés.







Des excellents outils de travail pour les psychologues et les sociologues.







Des détails piquants mais bien tristes tout de même…







Notons, pour ceux qui désirent approfondir le sujet, que ce livre est truffé d’annotations remarquables concernant la vie d’un des mondes flottants.


Ma côte : 6/10



















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire