" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

jeudi 22 janvier 2009

MES LECTURES 2009

" Ça va ? " de Jean-Claude Grumberg
Catégorie(s) : Littérature => Francophone
critiqué par Catinus, le 14 janvier 2009(Liège, Inscrit le 28 février 2003, 58 ans)

Hello, hi , Ciao, a + !



L’auteur a imaginé un joyeux florilège de rencontres entre deux personnes qui se croisent dans la rue. Des loufoques, des subito-presto, des guillerettes, des plus tristes, des graves même, des tragi-comiques, des ambigües … Bref, il y en a pour tous les goûts et souvent de petits régals de conversations bien tournées.

Car ces rencontres fortuites sont souvent déstabilisantes. Chacun d’entre nous en a éprouvé et subit la vacuité. Jusqu’à les regretter …Que dire à quelqu’un qui vous tombe dessus, si abrupto, dans les bras. Des banalités, des poncifs, des bafouillements. Et dire que ce jour-là, vous ne savez pas trouver les mots adéquats pour exprimer ce que vous éprouvez. Pourtant vous auriez du être content d’échanger quelques mots chaleureux avec cette personne qui, mordicus, vous était si chère … Alors, viennent l’agressivité, la vantardise, les reproches même, le besoin de blesser ou de se lamenter sur son si triste sort. Ou pire encore, la bêtise.

Vous aimez l’être humain, certes mais avouez que ce jour-là , vous vous êtes lamentablement planté … Gloups !



Cote : 8 / 10





" Topaze " de Ryû Murakami, Sylvain Cardonnel (Traduction)
Catégorie(s) : Littérature => Asiatique
critiqué par Catinus, le 13 janvier 2009(Liège, Inscrit le 28 février 2003, 58 ans)

Très glauque !

La réputation de Murakami Ryû n’est plus à faire : sulfureuse, guère fleur bleue, …Dans ces quatre nouvelles, il y va fort.
Le fil conducteur s’attache à la description, à la vie de filles du porno, d’escort-girls. L’ambiance y est glauque, tout comme la vision qu’il a du Japon, de son Japon. Des bondages, sado-maso, délires et déviances sexuelles fourmillent dans ces récits. Avis donc aux amateurs….
Si l’ambiance générale est glauque à souhait, elle ne manque pas d’humour ( noir et sordide ) et finalement, cette vie désenchantée comporte une sorte d’espoir , « elles sont synonymes de bonheur « déclare l’ héroïne de la quatrième nouvelle.
A épingler « Le jardin public « une fantastique approche des rêves dont celle des mémoires des temps enfouis.Vaut certainement le détour mais il faut s’accrocher quand même. Gloups !

Cote : 7 / 10



Titre:
La Grande Guerre expliquée à mon petit-fils
Auteurs:
Antoine Prost
Pages:
85
Format:
Poche
Editeur:
Seuil
Titre critique:

Moi, mon colon, celle que j' préfère ...

Un chouette petit bouquin pour remettre en place les causes, les enjeux et les absurdités de cette inimaginable hécatombe . Qui dépasse l'entendement ( comme dirait Maggy ). La der des ders, qu'ils disaient...Quand on pense que le pouvoir, le sacro-saint besoin de dominer autrui inhérent à la nature humaine, l'esprit revanchard et patriote ont amené des centaines de milliers de " braves types " à venir s'enterrer dans des trous à rats pendant 4 années. Misère ! On y apprend, entre autres et parce que cela m'intéresse de plus près, pourquoi la Grande-Bretagne ne voulait pas que l'Allemagne occupe les côtes de la Manche et du littoral belge avec pour clé Anvers. Et pour cause cette présence militaire et économique aurait mis en question l'hégémonie absolue de l'Empire Britannique sur les mers du globe. Vive l'Impérialisme !Et la série des dominos : si tu me cherches, tu auras la guerre. Et c'est parti comme en '4O ( c'est une expression ! ). D'un conflit régional on aboutit, facile, à une déflagration mondiale.Tout cela est clairement raconté dans ce petit livre. Et des tas d'autres joyeusetés, d'ailleurs ...

Cote : 8 / 10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire